En ce moment
 
 

Fêtes de fin d'année: comment la police va-t-elle faire respecter les règles? La réponse de la ministre de l’Intérieur

Fêtes de fin d'année: comment la police va-t-elle faire respecter les règles? La réponse de la ministre de l’Intérieur
 
CORONAVIRUS
 

Pour la première fois, Annelies Verlinden, la ministre de l’Intérieur était sur le plateau de l’émission C’est pas tous les jours dimanche. Elle a ainsi notamment évoqué le rôle qui jouera la police dans les prochaines semaines pour faire respecter les règles anticovid.

Comment contrôler les réunions en famille ? Que répond-elle aux Belges qui voudront malgré tout faire la fête avec beaucoup de monde à Noël ou au Nouvel An ? La police sonnera-t-elle aux portes ?

"Pour être claire, je n'ai pas vraiment dit que la police a sonné aux portes...", souligne-t-elle. "Les semaines passées, il y avait des fêtes organisées avec plus de personnes que permis. Donc aussi bien, durant Noël que lors du Réveillon de la Saint-Sylvestre, la police va contrôler. S’il y a du bruit, des voitures, des grands groupes de personnes à certains endroits, la police va intervenir et sonner aux portes. La police ne va pas systématiquement sonner aux portes", insiste-t-elle.

Notre journaliste Christophe Deborsu a par ailleurs rencontré deux jeunes Belges à Tournai cette semaine. L'un a annoncé qu'il allait "se rendre à Paris pour fêter le Nouvel An avec une petite centaine de personnes". "Je ne vais pas me priver. Je vais prendre un risque et passer une bonne soirée. Je n'ai pas peur de contaminer d'autres personnes car j'aurai un masque. On ne va pas rater une année pour un confinement."

L'autre adolescente rencontrée confie qu’elle n’hésitera pas non plus à se rendre à une soirée… "avec un masque". "Si la soirée a lieu, il y aurait une quinzaine de personnes et nous ne vivons pas sous le même toit. On se voit très rarement pour le moment. C’est dur", déclare-t-elle.

Ce sont ces fêtes-là qu’on va contrôler

"Ce sont ces fêtes-là qu’on va contrôler", annonce la ministre de l’Intérieur. "Je n’aime pas entendre ces idées ou ces plans. Je comprends très bien que c’est dur pour tout le monde. Je déconseille aussi d’aller à l’étranger pour faire des choses qui ne sont pas admises en Belgique. On sait très bien que lors de la première vague, les chiffres ont augmenté après le retour des vacances. On ne va pas pour autant fermer les frontières."

Comment convaincre les Belges de ne pas se rendre à des fêtes en France où il n’y a moins de restrictions ? "La police routière fait plus de contrôles aux frontières que d’habitude", indique Annelies Verlinden. "Il y aura des contrôles aléatoires. Il faut remplir un formulaire si on revient d’une zone rouge. Après on va contrôler si les règles comme la quarantaine sont respectées. Beaucoup de gens respectent les règles, mais il faut que tout le monde soit solidaire."

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce dimanche 29 novembre ?

 




 

Vos commentaires