En ce moment
 
 

Après Gino Russo, Paul Marchal dévoile son album photos d'An, elle aussi victime de Dutroux

Après Gino Russo, Paul Marchal dévoile son album photos d'An, elle aussi victime de Dutroux
© RTL INFO - VTM

Après Gino Russo, c'est au tour de Paul Marchal de diffuser aujourd'hui des photos de sa fille. Comme Melissa, la petite An fait partie des victimes de Marc Dutroux. Pour ses parents, montrer le visage de leur enfant permet de redonner leur place aux victimes.

Parmi les images que Paul Marchal diffuse, il y a celle-ci: décembre 1977, An est née il y a quelques jours seulement.

 

Paul Marchal a le sourire en se replongeant dans ces photos de famille. "Elle avait un amour immense pour tous les animaux", confie-t-il en feuilletant l'album familial.

Les clichés retracent la vie d'An:

  • À 1 an dans son bain

 

  • À 3 ans, elle fête son anniversaire avec ses parents.

 

  • À 9 ans, on la voit avec son chien, Puppy Lady. Son père n’en voulait pas mais elle a réussi à le convaincre avec l’aide de sa maman.

Aujourd’hui, pour son père, ce sont ces histoires-là qui doit doivent être connues, pas celle de sa disparition. "Je pense qu’on consacre beaucoup d’attention aux criminels, qui souhaitent être libérés, qui ne s’excusent même pas vraiment. Il faut pouvoir maintenant redonner un visage aux victimes. Et pas que dans l’affaire Dutroux. Je lance un appel aujourd’hui: faites connaître le visage de vos enfants pour que l’on puisse voir ce qu’ils vous ont pris", confie Paul Marchal.

Il faudrait plutôt investir dans ceux qui ont été victimes pour les sortir de leur traumatisme

Paul Marchal suit l’exemple donné quelques jours plutôt par Gino Russo. Il montre ces photos comme réponse aux libérations de Michèle Martin et Michel Lelièvre et à la volonté de Marc Dutroux de sortir aussi de prison.

"Les criminels suivent des thérapies, bénéficient d’un accompagnement pour trouver un logement, comme Lelièvre par exemple. Il faudrait plutôt investir dans ceux qui ont été victimes pour les sortir de leur traumatisme", estime Paul Marchal.

Pour que les jeunes générations ne connaissent pas que le visage de leur bourreau. Paul Marchal montre ses photos. Celle-ci aussi à la gare d’Hasselt, la dernière d’An prise avant son départ pour la mer. Elle sera enlevée 4 jours après.

Vos commentaires