En ce moment
 
 

Après la marche historique pour le climat, la balle est dans le camp des politiques: quels sont les objectifs de la COP24?

Après la marche historique pour le climat, la balle est dans le camp des politiques: quels sont les objectifs de la COP24?

La COP24 a débuté hier soir en Pologne, COP24 pour 24ème conférence des Nations unies sur le Climat. Après la mobilisation historique dans les rues de Bruxelles hier, les délégations de 200 pays se retrouvent à Katovicé pour deux semaines.

Il y a trois objectifs majeurs: mettre en place l'accord de Paris, conclu en 2015. Ensuite, essayer de forcer les Etats à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et puis mettre en place une solidarité économique. Les pays les plus riches qui viennent en aide aux plus pauvres (qui souffrent également le plus des dérèglements climatiques).


L'urgence

Il y a urgence, les derniers rapports scientifiques sont alarmants. Ils constatent les effets du réchauffement climatique : les phénomènes météorologiques extrêmes (canicules, inondations, ouragans...) et la disparition de certaines espèces...

Selon le Giec, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, au rythme actuel, la barre du 1,5 degré en plus sera atteinte entre 2030 et 2052... Ill est donc temps d'agir, de se fixer des objectifs ambitieux, et surtout d'agir rapidement.


Quel est l'effort que la Belgique doit fournir ?

55%, c'est le pourcentage d'émissions de dioxyde de carbone qu'il faudrait réduire chez nous d'ici 2030. C'est le cap à atteindre pour ne pas dépasser ce degré et demi de réchauffement.


Est-ce qu'au bout de ces deux semaines, on peut réellement s'attendre à un engagement concret ?

C’est difficile à dire, le contexte international n'est pas des plus propices. Donald Trump a rejeté l'accord de Paris. Jair Bolsonaro souhaite lui emboiter le pas. Le futur président brésilien a évoqué lui aussi une sortie de son pays du pacte climatique.

Et puis il y a la Pologne qui organise le sommet. Elle a déjà annoncé qu'elle ne tournerait pas le dos à son industrie du charbon si florissante.

Vos commentaires