En ce moment
 
 

Arnaque au Digipass: "Ils se faisaient passer pour l'office des pensions"

Arnaque au Digipass:
 
arnaque
 

On l'a déjà répété plusieurs fois: le coronavirus est la nouvelle 'tendance' trouvée par les escrocs en quête de victimes. Par email et SMS, ils vous lancent de belles promesses, souvent financières, afin de vous mettre en confiance.

Si Vincent nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous, c'est pour nous faire part de son étonnement par rapport à la méthode bien rodée utilisée, cette fois-ci, au téléphone. "Des personnes appellent des pensionnés, leur communiquant des informations personnelles, et c'est très interpellant", nous a-t-il confié.

Ils avaient le nom de ma mère, l'adresse, la banque

Une "indemnité sociale" de 1.050 euros

Vincent habite la région de Wavre et a 53 ans. C'est donc sa mère, âgée de 74 ans, que les escrocs visaient. "Le téléphone fixe a sonné. J'habite avec ma mère pour prendre soin d'elle, elle est à ma charge, donc j'ai décroché. Les escrocs se présentent comme étant du service des pensions de l'Etat", nous a-t-il expliqué.

Des escrocs bien informés, qui ont sans doute acheté sur le dark web des bases de données volées, ou qui ont intercepté du courrier postal. "Ils avaient le nom de ma mère, l'adresse, la banque… Il y avait des détails dans la communication qui étaient très perturbants. Je ne comprends pas comment ils ont fait: ma mère est à mobilité réduite, elle ne va pas sur internet, elle n'aurait pas pu laisser ses coordonnées trainer" via des (faux) concours, par exemple.

Et puis, "tout leur processus se met en place. Ils disent que ma mère à droit à un supplément d'indemnité de pension de 1.050 euros, suite à la crise du covid-19".

La deuxième personne allait beaucoup plus loin, elle demandait de sortir sa carte de banque

Une conversation crédible, en bon français

Outre les détails des données personnelles, Vincent a été surpris par la manière de parler des escrocs. "C'était du bon français, sans accent. Ça avait l'air tout à fait crédible. Pour ça aussi, c'est super dangereux, en fait. N'importe qui pourrait se faire avoir, surtout les personnes âgées qui sont ciblées par cette 'prime covid de pension', elles pourraient se faire très facilement attraper".

L'arnaque s'est déroulée en deux temps. "Une deuxième personne devait m'appeler, celle qui est responsable du virement". C'est là que ça a commencé à être "bizarre" pour Vincent. "Au téléphone, la personne allait beaucoup plus loin, elle demandait de sortir sa carte de banque, son lecteur bancaire type Digipass. A ce moment-là, j'ai dit stop. Et l'escroc m'a raccroché au nez". Notre témoin avait déjà entendu parler de ce type d'arnaque.

La police dit que ça arrive souvent

S'il a évité le pire, Vincent souhaite vraiment partager son expérience avec le plus grand nombre pour éviter les catastrophes. "J'ai téléphoné à la police, ils m'ont dit que ça arrivait très souvent, mais qu'ils ne pouvaient rien faire, même si le numéro de téléphone était belge (il n'est plus en service actuellement). J'ai donc prévenu tous les gens autour de moi, et puis je vous ai prévenus".

Il y a un grand conseil, qui est valable en toute circonstance: il ne faut JAMAIS donner des informations financières ou bancaires par téléphone. Les seules personnes qui vous demandent d'utiliser votre carte et votre boitier bancaire pour communiquer les codes 'response' par téléphone, ce sont des escrocs. Vous ne devez les insérer que vous-mêmes, sur le site de votre banque ou suite à un achat sur un site ou une plateforme de confiance.

 




 

Vos commentaires