En ce moment
 
 

Arrêter de fumer: la cigarette électronique plus efficace que les patchs, les chewing-gums ou la volonté pure

 
 

Si jusqu’à aujourd’hui, une seule étude de faible ampleur avait été réalisée pour comparer les taux de réussite des différents moyens d’arrêter de fumer, les Britanniques viennent de dévoiler les conclusions de la leur et elles sont étonnantes.

Pendant 5 ans, de 2009 à 2014, 5863 fumeurs qui tentaient d’arrêter la cigarette sans aide médicale ont été suivis par les chercheurs de la prestigieuse University College de Londres. Point important : il ne s’agit pas ici d’une étude financée par l’industrie du tabac ou celle des fabricants de cigarettes électroniques. Cette étude indépendante donc a réparti les fumeurs qui souhaitaient arrêter en 3 groupes: "Ceux qui utilisent une cigarette électronique et rien d’autre, ceux qui utilisent un dérivé nicotinique comme des patches ou des chewing-gums et rien d’autre. Et enfin un dernier groupe, ceux qui n’utilisent rien du tout", expliquait Robert West, professeur de psychologie de la santé qui a piloté l’étude, sur RTL-TVI.

+60% de chances d’arrêter avec l’e-cigarette

Les résultats sont clairs. Après 5 ans, 20% des fumeurs qui ont essayé d’arrêter en utilisant la cigarette électronique y sont parvenus, contre 10% pour ceux utilisant patchs et chewing-gums et 15% pour ceux qui arrêtent d’un coup, à la force du mental. L'e-cigarette augmente donc de 60 % les chances d'arrêter de fumer par rapport aux autres techniques.

Une opportunité, selon Robert West

"D’un côté, vous avez les gens qui voient cette opportunité et j’en fait partie, même si nous devons être prudents. De l’autre, il y a ceux pour qui c’est une menace. Mais je pense que c’est une erreur", estime le chercheur.

+200% avec de l’aide médicale

Le professeur West rappelle cependant que la méthode de sevrage la plus efficace reste le suivi médical par un spécialiste: "Cela multiplie par 3 les chances d'arrêter de fumer par rapport à une méthode reposant sur l'emploi de substituts nicotiniques", conclut-il.




 

Vos commentaires