En ce moment
 
 

Avec la sécheresse, des fissures sont apparues sur la maison de Ronny: certains bâtiments sont plus touchés que d'autres

Avec la sécheresse, des fissures sont apparues sur la maison de Ronny: certains bâtiments sont plus touchés que d'autres
© VTM

La sécheresse des derniers mois a provoqué des fissures dans certaines maisons du pays. Le phénomène touche surtout les bâtiments installés sur des sols argileux. Le problème s'aggrave d'année en année.

Avec la période de canicule que nous avons connu, les fissures rendent la vie dure à Ronny, un habitant de Zwevegem. "Vous voyez cette fissure horizontale, sous le rebord de la fenêtre? C’est nouveau", indique-t-il en pointant un pignon du doigt.
 
 
Ces brèches envahissent principalement les maisons construites sur des sols argileux. En cause : la sècheresse.

Chez Ronny, l’ampleur est telle que ses murs peinent à rester droits. "Je ne pouvais plus ouvrir les portes. C’était partout comme sur cette porte, qui n’est de nouveau plus droite… Alors, j’ai enlevé et réassemblé toutes les portes. Qu’est-ce que vous voulez que je fasse?", lance-t-il en essayant de fermer une porte à l'intérieur de sa maison.

La première fois qu’on a mentionné des fissures dans les maisons dues à la sècheresse, c’était en 1976

Ronny a contacté son architecte. Selon lui, les sols argileux se contractent à cause de la chaleur et provoquent les déplacements des murs. "La première fois qu’on a mentionné des fissures dans les maisons dues à la sècheresse, c’était en 1976. Cette année-là, on a eu un été très sec. On constate que le phénomène est de plus en plus présent ces dernières années", explique Jan Maertens, professeur en géomécanique.

Une situation typique dans les maisons de la région de Courtrai ou encore des Ardennes flamandes. Le phénomène est aussi connu des maisons en Wallonie.


Une loi protège les habitants: contactez votre assurance

La loi "catastrophes naturelles" prévoit une indemnisation en cas d’affaissement de terrain. La solution : contacter son assureur. "J’ai insisté plusieurs fois. Ils disent qu’ils vont ouvrir un dossier, mais c’est sans espoir. Ils n’ont même pas fait l’effort de venir constater les dégâts", affirme pour sa part Ronny.

Malgré les réticences de certaines assurances, des travaux dans les fondations des maisons touchées doivent être entrepris. Au risque que ces fissures n’entrainent un effondrement.

Vos commentaires