En ce moment
 
 

Avril 2020: anniversaire à travers une vitre à Courcelles, Trump veut injecter du désinfectant, New York creuse des fosses communes

Avril 2020: anniversaire à travers une vitre à Courcelles, Trump veut injecter du désinfectant, New York creuse des fosses communes
© RTL INFO
 
RETRO CORONAVIRUS

Jour après jour, RTL INFO vous propose une rétrospective de l'épidémie de coronavirus à travers le monde. Cette fois, place au mois d'avril: la maladie endeuille l'Espagne et provoque la mort d'un nombre record de malades aux Etats-Unis.

On s'ennuie à la maison

En ce début avril, une partie de l'Europe est confinée depuis 15 jours. La France, l'Italie, l'Espagne et bien sûr la Belgique. Pour certains habitants, le temps commence à être long. "On ne voit pas les enfants ni les petits-enfants. On s'ennuie à la maison", confie un couple d'Ans. "C'est quand même pénible", réagit un autre témoin interrogé devant chez lui.

Joyeux anniversaire à travers une vitre

La distanciation sociale est devenue notre mode de vie. A Courcelles, l'une de nos équipes assiste à une scène cocasse: des membres d'une famille viennent souhaiter un joyeux anniversaire à leur proche centenaire pensionnaire d'une maison de repos. Les chants se font depuis le jardin, derrière la fenêtre. C'est que les personnes âgées sont les plus vulnérables.

 

Espagne: un symbole d'espoir dans un pays ravagé par la maladie

Pendant ce temps, au nord de l'Espagne, une femme de 101 ans devient le symbole de l'espoir. Elle a vaincu la maladie.

 

Le pays continue cependant de payer un lourd tribu. Les hôpitaux sont surchargés. Il faut trouver de la place pour soigner les malades, alors on transforme par exemple un centre de conférence en hôpital de campagne. En avril, l'Espagne est le deuxième pays le plus touché par le coronavirus derrière les États-Unis.

 

New York, épicentre de la maladie outre-Atlantique

De l'autre côté de l'Atlantique, New York est devenu l'épicentre de l'épidémie aux Etats-Unis: la métropole dénombre alors 7.000 morts. Les images de cette fosse commune sur Hart Island, à quelques kilomètres de Manhattan, font le tour du monde.

 

Là aussi le personnel est à bout de souffle. "Je suis sur le point d'entrer dans le service d'urgence, nous verrons à quoi ressemble la situation. J'ai entendu dire que le volume de malade explosait. C'est complètement fou, tous ces gens positifs au covid dans les couloirs, tout ce qu'on entend ici c'est le bruit des appareils à oxygène", confie Erik Blutinger, urgentiste, alors qu'il se filme.

 
 

Une solution de Donald Trump fait polémique

Comment soigner les malades? Le président américain a bien une idée. Il propose d'injecter du désinfectant dans le corps des personnes touchées par le virus. "Le désinfectant est capable de mettre le virus K.O. en une minute. Est-ce qu'il est possible de faire la même chose par injection à l'intérieur du corps? Ou faire une espèce de nettoyage? Parce que vous voyez, le virus pénètre dans les poumons et fait d'énormes dégâts. Ce serait intéressant de vérifier cela avec des médecins. Moi en tout cas ça me parait intéressant", lance Donald Trump lors d'une déclaration officielle à la Maison Blanche.

Des propos qui font bondir la communauté scientifique. Le chef de la Maison Blanche aurait sous- estimé la gravité de la pandémie, tout comme le chef du Kremlin.

 

La Russie annonce en avril un bilan d'une centaine de morts. "La situation est sous contrôle total", lance Vladimir Poutine avec beaucoup de décontraction dans une vidéo diffusée le 19 avril. Aujourd'hui, la Russie a franchi la barre des 10.000 décès.

Le Premier ministre anglais: "Les services de santé m'ont sauvé la vie"

Au Royaume-Uni, le Premier ministre mesure le danger: Boris Johnson est testé positif et hospitalisé pendant une semaine. "J'ai quitté l'hôpital aujourd'hui, après une semaine pendant laquelle les services de santé m'ont sauvé la vie, il n'y a aucun doute. Je n'ai pas de mots pour exprimer ma reconnaissance", déclare-t-il le 12 avril.

Un peu partout dans le monde, les fêtes religieuses sont annulées. A pâques les églises sont vides, pendant le ramadan les mosquées sont fermées.

Du relâchement en Belgique?

Mais le printemps est là et la tendance est au relâchement. Les gestes barrières sont de plus en plus difficiles à respecter. A Namur, l'une de nos équipes assiste d'ailleurs à une discussion entre une dame qui reproche à une autre de ne pas respecter la distanciation.

 

"Nous devons impérativement continuer à respecter les règles difficiles de confinement et de distanciation sociale. Y compris durant cette période de retour du beau temps", déclare le 6 avril la Première ministre Sophie Wilmès.

Chez nous, le confinement est finalement prolongé jusqu'au 3 mai. Seuls les magasins de bricolage et les jardineries peuvent rouvrir dès le 18 avril.

 

L'Allemagne et l'Italie commencent eux aussi à rouvrir certains commerces. Et pour la première fois à Wuhan, les habitants ont pu quitter leur domicile. C'est la fin du confinement pour 11 millions de personnes.

 

 

Vos commentaires