Bientôt la rentrée: pourquoi la pression exercée par les parents sur leur enfant peut parfois être nocive?

Bientôt la rentrée: pourquoi la pression exercée par les parents sur leur enfant peut parfois être nocive?

Les parents ne se rendent pas toujours compte du stress qu'ils induisent chez leur enfant. Ils veulent bien faire, pousser leur enfant, le stimuler pour qu'il réussisse et attaquer de bonnes habitudes dès la rentrée... Mais il est très difficile de trouver le bon équilibre entre stimulation et stress.

Par peur de l'échec, certains parents poussent leur enfant à travailler toujours plus et toujours mieux. Mais ce stress est communicatif et les parents ne se rendent pas forcément compte de la pression qu'ils mettent sur les épaules des enfants.

Si les attentes des performances et les exigences au niveau scolaire et extra-scolaire ne sont pas néfastes en soi, le stress et l'angoisse des parents impactent directement l'enfant. Cela peut, à long terme, avoir des conséquences sur l'enfant risque d'avoir peur de l'échec et peut vouloir refuser l'épreuve. Il adopte alors des attitudes de blocage et de rejet.


"Développer une activité de manière spontanée"

Et la multiplication des activités ne laisse plus aux enfants des temps de liberté, indispensables pour développer des compétences pour s'occuper seul, de manière spontanée et pour faire preuve d'initiative. Sophie Maes, pédopsychiatre au Domaine à Braine-l'Alleud l'a expliqué ce matin sur Bel RTL, au micro de Vincent Chevalier.

"Le stress des parents est communicatif, et parfois, les parents ne se rendent pas bien compte de la pression qu'ils peuvent mettre sur leurs enfants avec une attente de performance tant au niveau scolaire qu'en matière d'occupation, d'activité parascolaire, qui démultiplie le temps que les enfants sont occupés, et ne leur laisse plus le temps d'avoir des instants de liberté, éventuellement de pouvoir développer des compétences quant à la capacité à s'occuper seul. C'est un phénomène qu'on rencontre de plus en plus souvent à l'heure actuelle avec des enfants qui ont vraiment le besoin d'être pris en charge par une activité en permanence sans pouvoir développer une activité de manière spontanée".

Les parents doivent donc trouver le bon équilibre entre la stimulation et le relâchement. Pour cela, l'attention devra se porter sur les plaisirs que l'enfant peut retirer des activités pratiquées en famille, à l'école,  ou lors des temps libres… de sorte à trouver le bon dosage.

Vos commentaires