En ce moment
 
 

Black-out: les Belges prennent peur et se ruent sur les groupes électrogènes et les lampes de poche

 
 

On parle beaucoup ces dernières semaines d’un possible black-out cet hiver. Les particuliers et les entreprises s’y préparent sérieusement et se ruent sur les groupes électrogènes et autres lampes de poche.

Nous ne sommes peut-être pas à l'abri d'un black-out cet hiver à la suite de problèmes survenus dans plusieurs centrales nucléaires du pays. Du coup, les Belges se préparent à cette éventualité, les particuliers et les entreprises s'intéressent de très près aux groupes électrogènes et d’autres se ruent dans les magasins de bricolage.

Entre 50 et 100 euros la journée

Gilles qui est gérant d’une entreprise qui loue des groupes électrogènes voit les demandes affluer depuis quelques semaines. "On a énormément de gens qui s’informent, des particuliers qui s’informent de quelles sont les possibilités et on leur suggère toujours le même produit qui est un petit groupe portable qu’on sait mettre dans le coffre d’une voiture", a expliqué Gilles au micro de Julie Denayer pour RTL-TVI. Le coût de ce genre de groupe varie entre 50 et 100 euros pour la location à la journée.

Les entreprises se fournissent aussi

Les particuliers ne sont pas les seuls à se préparer à un possible black-out, les entreprises s’y mettent aussi. "Pour avoir un back-up au cas où, aussi bien pour les data center que pour des frigos, que pour savoir faire tourner leur entreprise. Énormément de banques demandent", a précisé le gérant.

"C’est assez impressionnant qu’au 21e siècle, on ait ce genre de situation"

Les Belges sont donc inquiets et sur les sites de seconde main aussi on constate que les recherches concernant des groupes électrogènes et des générateurs sont en hausses. Sur 2ememain.be, depuis la mi-août, ces recherches ont été multipliées par 10. Les magasins de bricolage sont plus sollicités également, car certains prévoient déjà des réserves de lampes de poche et de bougies. "Disons que dans l’immédiat on en parle beaucoup, mais je crois que d’ici quelques mois il, y aura de quoi s’inquiéter", a commenté une cliente d’un magasin de bricolage. "C’est assez impressionnant qu’au 21e siècle, on ait ce genre de situation", a ajouté un autre client.

Le délestage en cas de pénurie dans certaines régions ne devrait durer que quelques heures pour éviter justement le black-out.





 

Vos commentaires