En ce moment
 
 

L'aéroport de Bruxelles est l'un des premiers à se doter d'un réseau 5G : à quoi sert-il ?

Sur le tarmac de l’aéroport de Bruxelles, une voiture qui semble banale sort en fait complètement de l'ordinaire. Mais c’est un vrai bijou de technologie. Sur son toit, une caméra 360 degrés envoie des images en haute définition grâce à la 5G.

Sur le tarmac de l’aéroport de Bruxelles, une voiture qui semble banale sort en fait complètement de l'ordinaire. Il s'agit d'un vrai bijou de technologie. Sur le toit de la voiture, une caméra 360 degrés envoie des images en haute définition grâce à la 5G. Tout est contrôlé en temps réel depuis un bureau.

Sur un poste, l’opérateur peut contrôler les mouvements de la caméra. Sur le terrain, le temps de réponse est très réduit, grâce à la vitesse du réseau 5G.  Le réseau est entièrement privé et sécurisé grâce à un partenariat mis en place avec une entreprise spécialisée. Quatre antennes permettent de capter et d'envoyer les informations. La vitesse est 100 fois plus rapide que la 4G

"Nous avons équipé la voiture de différents capteurs qui peuvent donner des informations météorologiques", confie Pieter-Paul Poelman, responsable de l'informatique et de la technologie à Brussels Airport. "Mais aussi d'une caméra haute définition qui envoie des images en direct. Tout ceci ne serait pas possible avec le wifi ou avec la 4G publique."

A terme, la caméra sera capable de détecter des objets indésirables sur le tarmac. Elle peut zoomer jusqu’à 30 fois sur l’image et donc signaler un objet d’à peine 1 cm. Cette technologie est encore en pleine phase de test et sera opérationnelle dés le mois de mars. "Nous sommes très satisfaits des premières phases de tests", poursuit Pieter Paul Poelman. "Avec la voiture à 30km/h sur le tarmac, nous obtenons un résultat qui en vaut vraiment la peine et qui dépend totalement de la 5G."

Le réseau ne sera pas accessible au grand public. Pour le moment, seule la voiture connectée en bénéficie. L’objectif à terme est de se passer de chauffeur grâce à un véhicule autonome.

Vos commentaires