En ce moment
 
 

Bruxelles entre festivités et coronavirus: "Nous sommes belges dans l'âme, on marque le coup le 21 juillet" (vidéo)

 
21 juillet
 

Cette année, 200 invités au lieu de 2000 Place des Palais, un mini défilé, pas de bal populaire ni de feu d’artifice. Bref, une atmosphère un peu particulière.

"Avant tout, nous sommes belges dans l’âme, affirme une dame. On tient à marquer le coup le 21 juillet. Coronavirus ou pas coronavirus. Et dès qu’on va rencontrer des gens, on porte le masque."

Les festivités du 21 juillet ont été basculées pour cause de coronavirus. Il n’y aura pas de traditionnel défilé, de bal populaire ou encore de feu d’artifice. Mais les belges célèbrent leur pays chacun à leur façon.

"C’est plus indispensable que jamais, explique un père accompagné de sa fille. Encore plus quand il y a des mesures comme ça. Les mesures, on peut les comprendre, il y a quand même encore un grand danger. C’est un peu dommage, mais il y a moyen de manifester son amour du pays en pavoisant, en étant présent dans les rues, à gauche, à droite."

Dans les rues du centre de la capitale, quelques familles sont tout de même venus observer de loin le mini défilé. "C’est assez différent de d’habitude, détaille une mère avec ses deux garçons. Plus calme, une ambiance assez chaleureuse. Quand même un sentiment un peu de crainte avec les gens qui portent un masque, d’autres pas, mais ça reste agréable et convivial. On est passé ce matin et tout est vraiment quadrillé donc ça va être un petit challenge pour essayer de capturer quelques moments du défilé des festivités."

Les belges s’habituent, mais les touristes sont surpris par le calme inhabituel du centre-ville: "C’est la première qu’on vient à Bruxelles, et on est assez étonnés qu’il y ait aussi peu de monde dans les rues, que les routes soient fermées, qu’il n’y ait pas beaucoup de véhicules, mais du coup c’est bien pour profiter il y a moins de personne. C’est plus agréable."

"Cette année-ci, c’est un peu triste de voir ça. On refera ça mieux l’année prochaine," conclut une belge.

 




 

Vos commentaires