En ce moment
 
 

Ce pirate informatique affirme avoir trouvé une faille à la centrale nucléaire de Tihange: Engie dément

RTL INFO a rencontré un pirate informatique qui s'est intéressé à la centrale nucléaire de Tihange. D'après lui, elle est vulnérable aux virus. Le problème? Des employés ont accès sur leurs ordinateurs professionnels à des messageries de type Messenger. Celles-ci seraient utilisées dans un cadre privé. Pour le lanceur d'alerte, ça représente une faille. De son côté, Engie dément tout danger.

L'homme que nous avons rencontré se définit comme un lanceur d’alerte spécialisé dans les questions de sécurité des réseaux. Il affirme s'être introduit dans les messageries d’un homme qui travaille à la centrale nucléaire de Tihange comme site superviser, c’est-à-dire surveillant de chantier.

Le hacker a constaté que l’employé a transféré des centaines de pièces, du texte, des photos ou des vidéos à caractère privé via des messageries instantanées à partir de son poste de travail de la centrale. Selon notre témoin, chaque élément est une porte d’entrée pour d’éventuels virus.

On pourrait faire arrêter le bon fonctionnement du domaine

"Il reçoit également des fichiers potentiellement dangereux, des images animées, des fichiers non contrôlables. Et ça rentre au niveau du domaine informatique de la société Engie Electrabel, au niveau de Tihange", explique le pirate informatique sous couvert de l'anonymat.

Il redoute des vols de donnés ou encore la prise de possession des ordinateurs par un virus. "Si la personne n'est peut-être pas dans les serveurs stratégiques de fonctionnement de la centrale, ça n'empêche qu'on pourrait faire arrêter le bon fonctionnement du domaine en tant que tel", estime notre témoin.


Que dit Engie Electrabel?

Contactée par nos soins, l'entreprise Engie Electrabel, gestionnaire de la centrale, précise qu’aucune donnée sensible ne se trouve sur le serveur en question. Selon elle, le pilotage des activités du site n’y est pas lié. "Nous procédons à des contrôles et un monitoring constant. Il y a plusieurs équipes dont c'est le travail, qui travaillent quotidiennement à la sécurité des systèmes. J'ai envie de dire que c'est comme pour toute entreprise", confie Anne-Sophie Huge, porte-parole d'Electrabel.

"On ne peut jamais être sûr, parce que c'est évolutif. Donc il n'y a aucune limite au virus", estime quant à lui le lanceur d'alerte que nous avons rencontré. D'après lui, la seule manière de garantir une sécurité totale est de ne pas laisser ouverte la porte d'internet.

Vos commentaires