En ce moment
 
 

Cette maladie multiplie par 5 les risques cardiovasculaires: connaissez-vous l'hypercholestérolémie familiale?

Cette maladie multiplie par 5 les risques cardiovasculaires: connaissez-vous l'hypercholestérolémie familiale?

La "Ligue Cardiologique Belge" lance une campagne de prévention contre une maladie peu connue: l'hypercholestérolémie familiale. Une maladie héréditaire qui multiplie par 5 les risques cardiovasculaires. Le professeur Olivier Descamps était l’invité de notre rédaction ce lundi après-midi lors du RTL info 13 heures.

Pour bien comprendre ce dont on va parler, nous vous invitons à découvrir ce clip de campagne:

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

On considère qu'un Belge sur 300 est atteint d'hypercholestérolémie. Le professeur Olivier Descamps nous en dit plus. "C’est une maladie génétique qui n’est pas si rare que cela. Elle est liée à un défaut d’élimination du cholestérol par le foie. Le cholestérol est un déchet. Il faut l’éliminer. Chez ces gens, le foie ne parvient pas à éliminer le cholestérol dans l’intestin."

Le cholestérol crée des plaques qui peuvent boucher les artères

La maladie a été découverte en 1985. Les chercheurs qui ont mis au jour cette maladie ont reçu le prix Nobel de médecine pour leurs travaux.  Si la maladie est purement héréditaire, est-elle liée à notre mode de vie ? "Les gens sont absolument normaux. Ils ne sont pas obèses. Ils ont une activité physique et une alimentation normales. Ils ne savent pas qu’ils ont un taux de cholestérol élevé, car malheureusement le taux de cholestérol, on ne le sent pas. Le cholestérol se dépose dans les artères. Il crée des plaques qui peuvent boucher les artères. Et c’est l’accident. La catastrophe. De génération en génération, il y a des drames dans les familles."

Une maladie à prendre au sérieux dès le plus jeune âge

Concernant les symptômes, il n’y en a pas. Des traitements existent pourtant. "Ils marchent très bien", précise Olivier Descamps qui enchaîne: "Le problème, c’est de faire le diagnostic. La plupart des gens ne vont pas voir leur médecin pour doser leur cholestérol avant 40 – 50 ans. Malheureusement, il faut traiter ces gens dès le plus jeune âge. Ce sont des taux extrêmement élevés - 300/400 milligrammes et ce depuis la naissance - qui s’accumulent très précocement entraînant des maladies vers 20 ou 30 ans. Il faut parfois commencer les traitements vers 10 ou 12 ans".

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à vous rendre sur le site hereditecachée.be ou sur belchol.be.

Vos commentaires