En ce moment
 

Climat: le 11e jeudi se tient à Liège, avec environ un millier de manifestants

Climat: le 11e jeudi se tient à Liège, avec environ un millier de manifestants
© Samuel Ledoux

La onzième marche nationale pour le climat, initiée par le mouvement Youth for Climate, a lieu aujourd'hui à Liège. Cette "Eleventh strike for future" est partie à 13h de l'esplanade des Guillemins pour rejoindre vers 15h le place du Marché, où le cortège s'arrêtera face à l'Hôtel de Ville.

La police tablait sur la participation de quelque 5.000 personnes, parmi lesquelles les figures de proue du mouvement. Mais vers 14h, on dénombrait seulement 1.000 manifestants, d'après la police :


 
 

La Belgique a-t-elle assez réagi ?

Plaider pour une action climatique plus ambitieuse était l'une des demandes de la Coalition Climat. Mais la Belgique n'a pas demandé de révision des conclusions du Conseil européen, au contraire de pays comme la France ou l'Espagne.

Le projet de texte de conclusions, dont le journal L'Echo a pris connaissance, affirme l'importance de présenter une stratégie de long terme ambitieuse pour "s'efforcer" d'atteindre la neutralité carbone, sans plus de précision. Une poignée d'Etats veut aller plus loin et a appelé à y ajouter la date butoir de 2050 ainsi que la nécessité pour l'Union européenne d'être en phase avec l'objectif de 1,5°C inscrit dans l'Accord de Paris. Pour ces Etats, utiliser le terme "s'efforcer" d'atteindre la neutralité carbone ne reflète pas de volonté de relever le niveau d'ambition. Ces pays "progressistes" sont la France, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Danemark, la Finlande, la Suède, l'Espagne et le Portugal, d'après L'Echo qui cite une source diplomatique.

La Belgique, quant à elle, n'a pas demandé de révision des conclusions du Conseil en ce sens. Or, voir la Belgique plaider pour une action climatique plus ambitieuse est l'une des demandes de la Coalition Climat, qui a notamment organisé la manifestation de décembre 2018 à Bruxelles.

En réaction, le Premier ministre Charles Michel affirme qu'il "soutiendra bel et bien des objectifs européens plus ambitieux en matière climatique conformément à la résolution du Parlement du mois de décembre". M. Michel rappelle qu'au comité de concertation, il a été plaidé en faveur d'un "renforcement du Plan national climat". Le Premier ministre sortant rappelle également le soutien du gouvernement à l'éolien offshore. Enfin, M. Michel est en faveur d'un "Green deal européen". Il en a parlé notamment avec le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel. Il rencontre ce jeudi matin le président du conseil Donald Tusk. On apprend par ailleurs que s'il y a effectivement eu des réserves de la Flandre dans une réunion préparatoire avec des diplomates, il n'y a pas eu de "position politique" sur le sujet.

Vos commentaires