En ce moment
 
 

Le Premier ministre: "C'est clair que la situation actuelle n’est pas tenable"

 
 

"C’est clair que la situation actuelle n’est pas tenable. C’est une situation dans les soins de santé et dans notre société qui n’est pas tenable non plus", a assuré ce vendredi le Premier ministre Alexander De Croo lors d’une conférence de presse en marge du Comité de concertation. Une nouvelle réunion s'est tenue en urgence alors que les contaminations au Covid-19 ont atteint lundi un chiffre record depuis le début de la pandémie avec 23.621 cas.

Les médecins généralistes sont complètement débordés

La situation sanitaire actuelle provoque une surcharge du système des soins de santé. "Les médecins généralistes sont complètement débordés. Nous voyons aussi que, dans nos unités de soins intensifs, la pression continue à monter, pas de façon exponentielle mais, jour après jour, il y a de plus en plus de personnes dans ces unités", a ajouté le Premier ministre. Aujourd'hui, 10 % des lits en soins intensifs sont indisponibles en raison du manque de personnel, ce qui provoque un nouveau report de la prise en charge de certains patients, tant en première ligne que dans les hôpitaux.

Pire que les scénarios les plus négatifs envisagés 

Si une nouvelle hausse temporaire était attendue, elle a largement dépassé les scénarios les plus négatifs qui avaient été envisagés. "L’analyse réalisée hier est beaucoup plus pessimiste que les scénarios les plus difficiles que nous avaient montrés les experts jusque maintenant", a révélé Alexander De Croo qui a ensuite détaillé les nouvelles mesures prises pour ralentir la propagation du virus et rendre la charge de travail dans les soins plus gérable. 

Trois axes 

"Notre mission est maintenant très claire. Nous devons prendre des actions pour réduire le nombre de lits qui sont occupés et réduire la pression sur nos médecins. Le Comité de concertation a décidé de travailler sur trois axes. D'abord au niveau de la campagne de vaccination, on va regarder comment on peut encore l'accélérer et certainement par rapport à la troisième dose. Deuxième élément, prendre des mesures structurelles pour baisser la pression sur notre système de soins de santé. Et troisièmement, un ensemble de mesures qui permettent de ralentir la propagation du virus", a énuméré le Premier ministre. 


 




 

Vos commentaires