En ce moment
 
 

Comme James, de nombreux Américains se rendent chaque année à Bastogne : "J'ai peut-être de la famille éloignée dans ce cimetière"

 

Près de 100.000 personnes sont attendues pour les commémorations historiques de la bataille des Ardennes. Mais en réalité, c’est tous les jours de l’année, même en période creuse, que Bastogne accueille des visiteurs intéressés par le tourisme de mémoire. De tous les touristes étrangers, ce sont les touristes américains qui sont les plus nombreux devant les néerlandais et les anglais.

Au pied d'une stèle commémorant les morts de la Bataille des Ardennes, Jacqueline Lahy, guide touristique explique : "C'était un cimetière temporaire. 2.701 soldats américains étaient enterrés ici." Face à elle, James, vétéran de la guerre du Vietnam, découvre Bastogne pour la première fois. tout petit déjà ,il dévorait les livres racontant la bataille. 

Dans l'ancien cimetière où reposait autrefois ses compatriotes, James s'imprègne de leur sacrifice : "Je ne trouve pas les mots pour décrire à quel point c'est émouvant en tant qu'Américain de savoir que 2.701 compatriotes ont donné leur vie et qu'ici était leur lieu de repos."

"j'ai peut-être de la famille éloignée dans ce cimetière"

Au Vietnam, James portait l'uniforme de la 101ème aéroportée, la division qui s'est illustrée lors de la Bataille des Ardennes. Il était caserné dans une base appelée "Bastogne". "Je suis vraiment ému, et je veux vous remercier Jacqueline. Sans vous, je n'aurais sans doute jamais été capable de visiter cet endroit. Vous m'avez aidé à comprendre", reconnaît-il à sa guide.

"Les Américains viennent très très nombreux ici, à Bastogne. Ils souhaitent voir où ça s'est passé. Ils veulent entendre tout ce qu'on peut avoir comme anecdotes", témoigne Jacqueline.

Américain jusqu'au bout des ongles, James avait pourtant un grand-père originaire de Berlin. Sa visite d'un cimetière allemand l'émeut donc particulièrement: "Cela me touche, j'ai peut-être de la famille éloignée dans ce cimetière. Ils étaient envoyés ici pour faire ce que leur gouvernement voulait qu'il fasse. La question n'est pas de savoir qui avait raison ou qui avait tord, c'était des ennemis qui se battaient contre d'autres ennemis et je rends aussi hommage à ces hommes." 

"La bataille la plus meurtrière de l'histoire des États-Unis"

Comme James, plusieurs dizaines de milliers d'Américains se rendent chaque année à Bastogne où ils représentent 25 % des touristes étrangers. "L'engouement date bien sûr de la réputation de Bastogne aux États-Unis de par l'histoire. Bastogne, c'est la bataille la plus meurtrière de l'histoire des États-Unis, rapporte le bourgmestre de Bastogne Benoit Lutgen. C'est la ville la plus connue aux États-Unis après Bruxelles. Donc ce lien-là est très important et l'impact est très important sur le plan touristique aussi."

Dans le musée "101ème Airborne Bastogne" qui met en scène des personnages à taille réelle, les touristes venus d'Outre-Atlantique découvre un morceau de leur histoire. Johny Bona, le créateur du musée confie : "Ils sont absolument émerveillé par ce qu'ils découvrent. Ils sont enchantés de voir qu'on n'a pas oublié le sacrifice de ces nombreux soldats qui sont venus se battre chez nous. Et ils sont heureux de découvrir que tout ceci est préservé."

Sur la trace de l'histoire familiale

En admirant les différentes collections, certains reconstituent le puzzle familial. "Ce que les Américains recherchent, c'est d'aller sur les traces de leurs grands-pères, de leurs oncles, assure Johny Bona, savoir où ils ont combattu, où ils ont vécu ces dures moments de la Bataille des Ardennes. Ils sont vraiment très reconnaissants d'avoir ces informations."

Dans quelques jours, au terme de nombreuses rencontres, James retrouvera sa ville de New York, chamboulé par ce voyage qu'il voulait faire depuis longtemps. 

 

Vos commentaires