Comment apprendre à rouler à vélo plus facilement? Une invention belge pourrait révolutionner le secteur

Un Arlonais vient de développer un prototype pour apprendre aux enfants à rouler à vélo plus facilement. Il s’agit d’un stabilisateur qui ressemble aux petites roues classiques, mais qui offre beaucoup plus de sensations pour permettre à l’enfant de trouver son équilibre. Quentin Ceuppens et Guillaume Houssonloge ont rencontré les initiateurs de ce projet pour le RTL Info 13H.

Rouler à vélo quand on a trois ans, ce n’est pas évident. Il faut d’abord apprendre les bases et surtout trouver son équilibre.
"J’ai deux sœurs qui sont plus jeunes et qui ont exactement six ans d’écart et la plus grande se mettait sur le porte-paquets de la plus petite donc bien sûr sans les roulettes et lui apprenait sur ses jambes à faire des recherches d’équilibre gauche-droite et donc à ce moment-là l’idée m’est venue de créer quelque chose au niveau du vélo", confie Bastien Miest, entraîneur sportif spécialisé dans l’apprentissage du vélo.


Deux amortisseurs

Ces petites roues fonctionnent comme deux amortisseurs. En se pliant à chaque virage, elles permettent à l’enfant de ressentir la perte d’équilibre et ainsi de progresser plus rapidement.

"Je la sens vraiment plus en confiance, dans le sens où elle peut vraiment sentir le mouvement de se pencher d’un côté ou de l’autre et donc comprendre comment tourner", explique la maman de Clémentine qui teste le prototype.


Un parrain de choix, vainqueur du Tour de France

William Evrard est l’ingénieur du projet. En collaboration avec des étudiants de l’UCL, il a conçu le système pendant un an: "On a successivement conçu sept prototypes et à chaque fois on avait des problèmes qu’on a dû résoudre. L’idée est très simple mais après trouver une solution technique qui tient la route. Là, effectivement, c’est un travail très complexe", souligne-t-il.

Pour commercialiser ce prototype, William et Bastien tentent encore de trouver via crowdfunding les 75.000 euros nécessaires. Ils peuvent déjà compter sur un parrain de choix: Andy Schleck, vainqueur du Tour de France convaincu par cette invention belgo-belge.

Vos commentaires