En ce moment
 

Comment font les couvreurs pour travailler par ce froid polaire? "On s'adapte"

Il fait froid mais il fait sec en ce moment, les couvreurs en profitent donc pour rattraper le retard accumulé en raison de la pluie accumulée ces dernières semaines. Mais leurs conditions de travail sont malgré tout très éprouvantes, comme l'ont constaté Fanny Dehaye et Michel Herinckx à Namur, pour le RTLinfo 13h.

Difficile de trouver un couvreur par -5 degrés dehors. Et pourtant Jonathan Meersman est sur son échelle ce mardi. Indépendant depuis 17 ans, il accumule un mois de retard sur son emploi du temps. En cause: les pluies abondantes de ces dernières semaines et maintenant, le gel.


"On doit s'adapter"

"On doit s'adapter, explique-t-il. Il y a certains produits avec lesquels on ne peut pas travailler, d'autres produits qu'on doit tenir à l'intérieur, au chaud, et d'autres travaux qu'on ne peut pas faire. Le travail du zinc par exemple. En-dessous de 5 degrés, on ne peut pas travailler le zinc, on ne peut pas travailler le mastic: toutes les finitions mastic, quand il gèle, on ne peut pas".

Par ces températures, le travail sur les toits est réduit au strict minimum car les ardoises sont trop glissantes et dangereuses. Jonathan réorganise son travail pour perdre le moins de temps possible.


"Ça bloque"

"Les travaux qu'on doit faire à l'intérieur auraient dû être fait après l'exécution de ce qu'on doit encore faire. Donc effectivement, ça bloque, dit-il. C'est de l'apport de matériel supplémentaire, enlever le matériel dont on n'a pas besoin, qu'on devra ramener par la suite pour continuer les travaux inachevés à cause de la météo."

Par conséquent, certains chantiers sont priorisés sur d’autres, qu’importe le planning défini. Ce changement d’organisation est parfois incompris par ses clients, même si les travaux seront honorés, quel que soit le retard.

Vos commentaires