En ce moment
 
 

Comment savoir si vous êtes un "super contaminateur"?

 
CORONAVIRUS
 

Lorsque vous réalisez un test au Covid-19 auprès de votre médecin traitant, ce dernier reçoit ensuite les résultats de la part du laboratoire. Les informations communiquées peuvent alors différer d'un cas à l'autre. En plus du résultat positif ou négatif, certains laboratoires précisent la quantité de virus présente dans l'échantillon prélevé. Cela suffit-il à déterminer si vous être un "super contaminateur" ? Non, répond Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus.

La notion de "super contaminateur" comprend de nombreux paramètres. La quantité de virus en fait partie mais n'est pas suffisante. En effet, "pour être propagé, il faut que le virus sorte quand vous êtes en présence de gens", note Yves Van Laethem. Cette supposition implique donc de ne pas être symptômatique. Les recommandations veulent qu'en cas de symptômes, un malade doit rester chez lui avec peu de personnes.

Période critique entre 3 et 5 jours

Toutefois, "si vous n'êtes pas malade ou tellement peu que vous ne vous en rendez pas compte, vous aurez peut-être une activité sociale, intensive dans certains cas. Si vous ne prenez pas toutes les précautions à ce moment-là, vous avez peut-être le risque de contaminer beaucoup de personnes". 

La durée durant laquelle une personne contaminée excrète le plus de virus est comprise entre 3 et 5 jours. Cette période a lieu avant l'apparition des premiers symptômes ou au tout début de ceux-ci, explique Yves Van Laethem. "Si par malheur, vous êtes à ce moment-là dans des situations de groupes, une soirée en famille par exemple, si vous avez des comportements sans masque qui permettent d'exprimer le virus très fort comme chanter, crier, siffler, tousser, vous pourriez être effectivement un super contaminateur", indique-t-il. 

L'épidémiologiste rappelle les mesures à respecter restent les mêmes "que vous ayez peu ou beaucoup de virus". À savoir, "se retirer de la vie active, s'isoler". Compte tenu de ces paramètres à prendre en compte, "pratiquement tout le monde dans certaines circonstances peut sans doute être un super contaminateur", conclut Yves Van Laethem.

 




 

Vos commentaires