En ce moment
 
 

Conflit social chez Lidl: des négociations sont en cours entre les syndicats et la direction

 
 

Une semaine après l’échec des premières négociations et après 4 jours de grève, la direction de Lidl et les syndicats se sont retrouvés autour de la table ce lundi pour négocier une nouvelle fois. Et le mouvement de grève ne faiblit pas pour autant : une septantaine de magasins Lidl étaient toujours fermés ce lundi matin en Wallonie ainsi que plusieurs autres en Flandre, a indiqué une porte-parole de l'enseigne. Le nombre précis de magasins touchés par la grève au nord du pays n'est pas connu.

Principale revendication des représentants du personnel : diminuer la charge de travail imposé aux employés en proposant des solutions. Myriame Delmé, présidente du syndicat Setca détaille les attentes des syndicats et du personnel à la suite de ces négociations : "Maintenir dans les magasins les 42h qui sont en place depuis 2018, renforcer l’équipe volante, avoir un dynamisme plus grand pour trouver du personnel de manière à combler les trous dans les magasins, avoir un mesurage des tâches dans chaque magasin de façon à avoir une vision réaliste de la charge de travail et pas celle que Lidl a pour l’instant". 

Samedi, 190 supermarchés sur les 309 de l’enseigne sont restés fermés. Et le climat semble tendu. Les syndicats reprochent à la direction des tentatives d’intimidations face aux salariés grévistes, comme l’envoi de courriers ou des menaces par rapport aux congés de maladie.

Pour le personnel, l’agrandissement des surfaces commerciales et l’arrivée des rayons de produits frais augmentent la charge de travail et multiplient leurs tâches. Emilie Lewuillion, caissière pour l'enseigne explique : "Tout le temps beaucoup de promotions, tout le rayon doit toujours être rechargé, il ne doit pas ya voir de manquant donc ça prend énormément de temps. Et la fille qui fait le rayon boulangerie doit pouvoir aller en caisse et aussi réapprovisionner le rayon frais donc c’est très compliqué", déplore-t-elle.

En cas d’échec des négociations, les syndicats pourraient envisager de nouvelles actions : le Setca a déjà prévu de se réunir dès ce soir pour planifier la suite. 


 




 

Vos commentaires