En ce moment
 
 

Conséquence de la grève nationale de mercredi: certainement moins de contrôles de stationnement à Bruxelles

Les administrations, les transports en commun, le service postal, les écoles, la collecte des déchets mais aussi les entreprises et centres commerciaux risquent d'être fortement perturbés ce mercredi 13 février. Des mouvements de grève et des actions syndicales sont prévus dans tous les secteurs et à travers tout le pays à l'appel du front commun syndical. 

A Bruxelles, le contrôle du stationnement devrait lui aussi être perturbé compte tenu du fait que moins d'agents seront à l'œuvre. Parking.brussels gère actuellement le contrôle du stationnement dans 7 des 19 communes bruxelloises (Anderlecht, Berchem-Sainte-Agathe, Evere, Forest, Ganshoren, Jette et Molenbeek-Saint-Jean). Des grévistes sont attendus au sein de l'agence bruxelloise."Un certain nombre d'agents feront grève", indique Pierre Vassart, porte-parole de de l'agence Parking.brussels. Avant d'ajouter: "Les managers de zones essaient de se réorganiser pour assurer les tournées de contrôles"

"Dans les 7 communes où nous assurons le stationnement, le contrôle sera assuré mais sera bien évidemment affecté par la grève dont on ne peut pas encore estimer l'ampleur ce mardi", précise le porte-parole. 

Si les représentants des travailleurs affirment que l'appel à la grève sera suivi "massivement", il est difficile à ce stade d'évaluer l'ampleur que prendra le mouvement. "Forcément puisque l'on aura des agents en grève, le contrôle sera peut-être plus difficile à assurer par moments. Je dirai aux usagers: 'Vous pouvez jouer à la loterie mais il est clair que le contrôle continuera à être assuré demain", assure Pierre Vassart.


Des secteurs risquent de tourner au ralenti

De nombreux secteurs risquent en tout cas de tourner au ralenti. À commencer par les transports publics. Tant la SNCB, que les Tec, la Stib et De Lijn ont appelé à débrayer. 

La dernière grève générale qu'ait connue la Belgique remonte à décembre 2014. Les syndicats étaient alors en rogne contre les mesures prévues par le gouvernement Michel. Mercredi, ils s'en prendront aux employeurs du secteur privé, même si les organisations syndicales du secteur public se joindront également à la grève par solidarité.

Vos commentaires