En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: après avoir été intubé et placé dans le coma, Damien a pu rentrer chez lui et témoigne

 
CORONAVIRUS
 

Damien, un homme de 60 ans, a été infecté par le virus, hospitalisé, et même plongé dans un coma artificiel. Il va mieux aujourd'hui, et a pu enfin sortir de l'hôpital après trois semaines d'hospitalisation. Il nous prouve qu'il y a une vie après les soins intensifs, et encourage la population à poursuivre les efforts de confinement.

Après trois semaines d'hospitalisation, Damien Hubaut retrouve enfin sa femme et ses enfants. Ce guide-nature, ornithologue bien connu du milieu naturaliste, a développé une forme grave du coronavirus. Son épouse, Isabelle, a d'abord été testée positive, sans faire de complications, au début du mois de mars. Ce n'est qu'une dizaine de jours plus tard que Damien a été alerté par les symptômes. "J'ai essayé d'ouvrir un sac poubelle, pour ajouter quelque chose dedans, et j'ai failli tomber dans les pommes. J'étais à bout de souffle, et j'ai senti qu'il se passait quelque chose", nous raconte-t-il. Il nous dit avoir encore attendu un jour, avant de se rendre aux urgences du CHU Haute Senne de Soignies sous conseil médical, le 18 mars.

Cinq jours dans le coma

Il est d'abord placé sous légère assistance respiratoire, avant que le médecin ne décide de le transférer à l'unité de soins intensifs. Il y est plongé dans un coma artificiel durant cinq jours. A son réveil, le personnel soignant lui réserve une haie d'honneur. "Les infirmiers, infirmières, les kinés, mon médecin, sont venus me dire que j'étais le premier à sortir de ce respirateur et de ce coma, et que pour eux c'était une victoire énorme, et ça leur a donné un moral d'enfer".

> CORONAVIRUS: RTL INFO répond à vos questions

Confinement strict

Entre-temps, sa fille, qui était confinée à New York, est revenue. "C'était juste avant que la situation ne se dégrade complètement, et c'est la nouvelle qui m'a soulagé, et qui m'a complètement porté pour la suite des événements", nous confie-t-il. Mais il ne peut toujours pas la prendre dans ses bras, ni elle, ni ses fils. Damien est encore en confinement strict ces prochains jours pour éviter toute contamination.


 
 
"La seule qui a bénéficié de mes bras c'est mon épouse"

La vie s'organise à la maison, où il a accès à une seconde salle de bains. Il ne passe pas par la cuisine, et porte des masques qui lui ont été offerts par des habitants. "La seule qui a bénéficié de mes bras c'est mon épouse, parce qu'elle a eu aussi le covid-19, et elle est sans doute immunisée".


Aujourd'hui, les cordes vocales sont touchées par les longs jours d'intubation et il est fatigant pour lui de s'exprimer. Le temps est au repos et à la rééducation grâce à de la kiné, avec des exercices pour élargir la cage thoracique et ainsi redonner un peu de tonus aux poumons. Il doit aussi aspirer trois fois par jours dans un spiromètre. "C'est un exercice pour assouplir les poumons qui ont été fibrosés par le virus".


> CORONAVIRUS: CARTE MONDIALE (actualisée en temps réel)

Retour à l'ornitho 

Damien Hubaut s'est aménagé un poste d'observation dans son jardin, où il a toujours ses jumelles à portée de main et peut ainsi s'adonner à sa passion. Il nous confie sa joie d'avoir aperçu sa première Hirondelle rustique - "Elles sont en train d'arriver" - ainsi qu'une Fauvette à tête noire, "un oiseau exceptionnel au niveau du chant, qui est arrivé dans mon jardin".

Une déferlante de messages

L'ornithologue du Cercle des naturalistes de Belgique, coordinateur de la formation de Guide-natures à Bruxelles, a reçu beaucoup de marques de sympathie de son milieu. "J'avais emporté ma tablette à l'hôpital. J'ai vu une déferlante de messages, mais quand je vous dis une déferlante, ce sont des centaines de messages. Pendant mon coma, Isabelle avait tenu un journal de bord, tous les jours, avec les médecins, qu'elle communiquait à tous mes amis et à tous les gens qui demandaient de mes nouvelles. Quand j'ai vu tous ces messages, j'ai au moins essayé de répondre merci, mais ça m'a joué des tours, car le soir, mon torticolis s'est rappelé de moi", s'amuse-t-il. En effet, la position couchée, tête tournée vers le respirateur, peut causer ce genre de complications. 

> CORONAVIRUS: consultez les dernières informations  

"Le coronavirus, on ne le voit pas arriver"

Grand habitué du plein air, Damien encourage aujourd'hui l'effort collectif de confinement. "Le coronavirus, on ne le voit pas arriver. On a été très surpris d'être infectés par ça. C'est une forme sévère qui m'a touchée. Même si c'est difficile, je demande aux gens de rester bien confinés, parce qu'il faut éviter d'encombrer les urgences, les hôpitaux travaillent avec des salles de soins intensifs pratiquement complètes. Ma chambre a été tout de suite reprise après ma montée à l'étage à l'hôpital. Imaginez, je suis resté trois semaines à l'hôpital pour cette crasse. Ça peut surprendre n'importe qui, donc soyez très prudents, je pense que ça vaut la peine d'aller jusqu'au bout de nos efforts, pour essayer d'enrayer cette fichue épidémie".

 




 

Vos commentaires