En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: dans les hôpitaux, les opérations non urgentes vont pouvoir reprendre

 
CORONAVIRUS
 

La baisse du nombre de personnes hospitalisées pour Covid-19 permet aux hôpitaux de repasser en phase 2A. Cela signifie que que les opérations non urgentes qui avaient été post-posées, vont pouvoir reprendre.

Direction le cœur du service de chirurgie abdominale à La Louvière. Cette unité devrait progressivement retrouver son activité de base et accueillir à nouveau des patients pour des opérations non-vitales. 

"Tout ce que l'on considère comme étant des petites interventions en chirurgie abdominale concerne notamment les hernies, les vésicules. Ce sont des opérations qui peuvent être reportées. Tout ce qui a été réalisé, ce sont des opérations pour des patients souffrant de cancers principalement", explique Myriam Mrimi, infirmière en chef dans le service chirurgie au groupe Jolimont. 

Le mois dernier, le service est passé de 40 interventions par semaine, à seulement 8. En cause, la limitation aux actes dit essentiels. Pour l’heure, 80 opérations restent en attente. Mais le manque de personnel qui atteint actuellement 20% pourrait poser problème. "On a un personnel bien dédié qui a été utilisé dans les unités Covid ou non Covid pour renforcer les équipes. On est tributaires de ce personnel-là", indique Baudouin Mansvlet, chirurgien pour le groupe Jolimont. 

Autre enjeu de taille: rassurer des patients qui reportent aussi certaines opérations à cause du peu de visites autorisées. "Se faire opérer sans pouvoir recevoir de visite rend l'opération encore moins agréable", souligne le chirurgien. 

Lors de deuxième confinement, les consultations ont pu rester accessibles et fréquentées à 60%. La direction médicale espère désormais ne plus faire face à des patients ayant délaissé leur santé. "Nous avons étendu nos indications opératoires notamment à l'oncologie, à des domaines de la cardiologie extrêmement importants. Normalement, nous avons gardé un contact avec les patients", souligne Catherine Wynant, directrice médicale du groupe. 

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce lundi 30 novembre ?

 




 

Vos commentaires