En ce moment
 
 

Déconfinement- la PHASE 2: dans une atmosphère particulière, instituteurs et parents se préparent au retour des élèves à l'école

 
CORONAVIRUS
 

Les cours reprendront lundi ou mardi en Fédération Wallonie-Bruxelles, en fonction de l'arrivée des masques. En attendant, les parents ont parfois été invités à chercher les affaires laissées à l'école avant le confinement, comme à Embourg en province de Liège.

> CORONAVIRUS en Belgique: les dernières infos

Les parents ne sont plus venus à l'école depuis le 13 mars. Tout a été soigneusement organisé. Des dizaines de sacs avec le prénom des enfants sont disposés le long des couloirs. "On vient récupérer les affaires des enfants parce que pour notre part, ils ne retourneront pas à l'école. C'est un choix personnel qu'on a fait", témoigne ce parent d'élève. "Il y a les affaires de gym, une boîte de mouchoirs, les fardes qu'ils laissent d'habitude à l'école", décrit une mère, sac à la main. 

Quelques surprises laissées par les élèves

Ce travail a demandé plusieurs jours car il a fallu rassembler les affaires de 370 élèves. Nicolas Roideaux, instituteur d'une classe de deuxième année découvre quelques surprises : "On peut retrouver des restes alimentaires. On peut s'imaginer aussi que certains enfants n'écoutent pas vraiment la leçon jusqu'au bout parce qu'on retrouve des petits jouets qui sont normalement interdits".

Pancarte, flèches au sole, l'école a prévu un parcours qui évite aux parents de se croiser. Selon Valérie Parmentier, directrice de l'école, "les parents passent entre 8h30 et 16h. Ils arrivent devant l'école, ils ont un sens de rotation, ils tournent, prennent le sac et repartent. On s'est arrangé pour que les gens ne se croisent pas et les enseignants ont la mission justement de gérer ce flux".

Une organisation bouleversée

Le visage de l'école a bien changé, l'atmosphère y est différente. Ce lundi, 24 enfants sur 28 d'une des classes de sixième primaire retourneront sur les bancs de l'école. "On a l'impression de découvrir une nouvelle école, constate Perrine Pignon, l'institutrice. On a beaucoup plus d'espace, la cour est balisée, on ne peut plus manger dans la salle des profs avec les collègues. Il y a vraiment cette notion de distance qui est très différente. Et même la classe avec seulement 8 bancs, c'est fort spécial".

La grande majorité des parents croisés ne remettront pas leurs enfants à l'école avant la rentrée de septembre. 

 




 

Vos commentaires