En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: les médecins généralistes peuvent à nouveau accueillir leurs patients, qui pourront-ils tester?

 
CORONAVIRUS

A partir de ce lundi, les médecins peuvent à nouveau accueillir leurs patients dans leurs cabinets. Thomas Orban, président du Collège de médecine générale, était invité dans le RTL INFO 13H pour en parler. Il a répondu aux questions d’Olivier Schoonejans.

En tant que médecin, quel est votre message pour les patients qui hésitaient jusqu'ici à venir chez leur généraliste ?

"Le Collège de médecine générale a mis des directives en place pour tous les généralistes, grâce à l'aide précieuse de sa cellule d’appui scientifique et universitaire. Chacun peut accueillir les patients dans un cabinet organisé, protégé, décontaminé où les patients vont pouvoir venir en toute sécurité et je pense en particulier à tous les patients chroniques qui ont laissé leurs soins de côté déjà depuis plusieurs semaines".

Avant cela, il y a un premier tri qui va se faire par téléphone, c'est bien ça ?

"Le message est toujours le même et va rester longtemps le même : appelez toujours le généraliste par téléphone, la consultation sans rendez-vous a malheureusement disparu".

Est-ce que vous allez aussi tester vous-même, en tant que médecin généraliste, les personnes qui sont susceptibles d'être atteints du coronavirus ?

"La réussite d'un système comme celui du dépistage et du suivi des contacts nécessite qu'il y ait un nombre maximum de dépistages faits. On a démarré en douceur avec les centres de tri mais il est évident que les généralistes qui seront capables, équipés pour le faire, c'est-à-dire avec des équipements, avec des écouvillons, mais aussi avec la possibilité de faire cette fameuse prescription, pourront le faire eux eux-mêmes, j'en ai prévu aujourd'hui".

Vous allez tester qui très concrètement ? Est-ce que vous ne testez qu'un certain type de patients ? Ou les personnes un peu anxieuses, un peu stressées, qui ont peur d'être infectées ? Comment vous allez faire le tri ?

"Que les choses soient bien claires, la définition de "cas" est assez claire et sur le site Sciensano, elle est assez large, et donc on peut tester aujourd'hui tous les patients symptomatiques. Il ne s'agit pas de tester des patients asymptomatiques à l'heure actuelle. A un moment donné ce sera le cas, et assez rapidement quand on aura des contacts très proches d'un cas index, c'est-à-dire du premier malade vu par le généraliste qui aura été testé positif. Imaginons l'épouse d'une personne, vivant sous le même toit, est infirmière, elle sera mise en quarantaine et après douze jours et sera testée alors qu'elle sera asymptomatique. Mais sinon, on teste des patients symptomatiques. L’autre chose importante à avoir en tête, c’est qu'on parle bien de tests PCR [celui effectué avec une sorte de grand coton-tige, utilisé depuis le début de la crise de coronavirus en Belgique, ndlr]. Il faut arrêter d'appeler son généraliste ou d’envoyer un mail en demandant ces fameux tests sérologiques [qui analyse le sang et cherche à trouver d'éventuels anticorps, ndlr], nous n'y avons pas accès, on n’en parle pas pour l'instant".

> CORONAVIRUS en Belgique: toutes les infos

 

 

Vos commentaires