En ce moment
 
 

Coronavirus: ils passent devant la justice pour non-respect des règles du confinement

Coronavirus: ils passent devant la justice pour non-respect des règles du confinement
 
CORONAVIRUS
 

Les audiences liées au non-respect des réglementations mises en place durant le confinement ont débuté ce matin au Tribunal de police de Bruxelles. Ces infractions sont essentiellement liées au manque de distanciation sociale ou encore à des déplacements non essentiels.

"On n’a jamais eu de soucis avec la police… donc c’est un peu stressant", confie Ophélie. Avec Sofian, elle a dû écourter son séjour en France pour répondre à la convocation du Tribunal de police. Une première pour ce jeune couple.

"On est allés dans un parc, on s’est assis vraiment loin de tout le monde et on était posés depuis moins de cinq minutes et une policière est arrivée en vélo en nous disant : vous ne pouvez pas être là, c’est un contrôle de police… On nous a demandé notre identité, c’est un peu démesuré, ce n’est pas comme si on avait volé ou tué quelqu’un", ajoute Ophélie.

800 personnes appelées à s'expliquer

Comme eux, près de 800 personnes seront appelées à s’expliquer face au juge durant les mois de juillet et d’août. Ces personnes n’ont pas payé l’amende qui a été fixée au moment de l’infraction ou alors elles ont récidivé.

"C’est une audience consacrée essentiellement à des dossiers qui sont fixés suite à des procès-verbaux dressés par la police pendant le confinement. P.V. qui sont relatifs au non-respect des règles de distanciation physique", explique Julie Feld, la porte-parole du Tribunal de première instance francophone de Bruxelles.

Entre 200 et 4000 euros d'amende

L’huissier d’audience invite Sofian à rejoindre la salle. Le jeune homme ressort quelques minutes plus tard, soulagé : "Cela s’est plutôt bien passé, comme je n’ai pas d’antécédents judiciaires, ils se sont montrés plutôt cléments. Je devrai juste payer les frais de justice".

Ces frais de justice s’élèvent à une centaine d’euros. Mais en fonction des circonstances de l’infraction et du casier judiciaire, la peine peut être plus lourde. "Ce sont des peines qui vont de 200 à 4000 euros d’amende et/ou une peine d’emprisonnement qui peut aller de huit jours à trois mois", détaille Julie Feld, porte-parole du Tribunal de Première instance francophone de Bruxelles.

Sur 21 dossiers covid, seules 10 personnes se sont présentées devant le juge ce matin. Les justiciables absents sont jugés par défaut, avec une peine plus sévère à la clé.

 




 

Vos commentaires