En ce moment
 
 

Coronavirus: le trafic est dense sur les routes, le télétravail est-il autant respecté que lors du 1er confinement?

 
 

Ce mardi soir sur le plateau du RTLINFO 19H, le Premier ministre Alexander De Croo a appelé les travailleurs et les entreprises à respecter strictement le télétravail. Mais sur les routes, on constate une situation bien différente par rapport au premier confinement. Comment l'expliquer?

Le télétravail n'est pas scrupuleusement appliqué: c'est ce que déplorent les ministres de Croo et de Sutter dans un communiqué. "Nous voyons de plus en plus de personnes se rendre au travail chaque jour. Nous appelons les différents services publics à respecter en permanence les mesures Corona applicables en matière de télétravail."

Un indice qui conforte ce constat: le trafic routier. Le volume du trafic se maintient aux alentours de 90% par rapport à la moyenne de référence. Plus encore à Bruxelles, l'institut Vias a relevé une hausse de 10% du trafic durant la semaine du 30 novembre. Cette hausse coïncide avec la réouverture des magasins non essentiels. Aucune donnée précise n'existe sur les raisons de ces déplacements en voiture mais une chose est sûre, il y a plus de trafic qu'il ne devrait y en avoir.

Benoît Godart, porte-parole de Vias tentait de livrer des explications à ces constatations: "On constate pour l'instant un volume de trafic qui est anormalement élevé sachant que beaucoup de secteurs sont malheureusement fermés, l'Horeca, l'événementiel,... Pas mal d'étudiants sont aussi chez eux alors qu'aux heures de pointe, on retrouve quand même beaucoup de trafic voire des embouteillages comme à l'accoutumée."

Ce qui peut aussi expliquer l'augmentation de la circulation, c'est un second confinement fondamentalement différent du premier.

Joris Vandersteene, responsable de chef de projet de la FEB (Fédération des Entreprises de Belgique): "Quand on compare au pic du mois de mars et du mois d'avril, il y a un million de travailleurs qui étaient en chômage temporaire parce que certains secteurs encore plus qu'aujourd'hui étaient fermés complètement. Maintenant, il y a une grande moitié, heureusement d'ailleurs, qui sont de nouveau actifs et de ces 500.000 travailleurs et évidemment, ils sont tous là, et ils n'ont pas tous une fonction qui se prête au télétravail".

Selon une enquête du SPF Santé publique, 43% des travailleurs belges sont en télétravail dont 13% en temps partiel.




 

Vos commentaires