En ce moment
 
 

Coronavirus: pour les syndicats des médecins, les règles de l'OMS ne sont pas respectées en Belgique

Coronavirus: pour les syndicats des médecins, les règles de l'OMS ne sont pas respectées en Belgique
CORONAVIRUS

L’Association Belge des Syndicats Médicaux (ABSyM) considère que le gouvernement ne suit pas les règles de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Le secrétaire général de l’ABSyM répondait aux questions d’Olivier Schoonejans en direct ce midi.

Est-ce que la Belgique doit faire plus pour dépister le personnel soignant ?

"Oui, l’OMS a lancé un appel pour augmenter les capacités de dépistage et l’OMS rappelle également qu’il faut donner le matériel nécessaire pour protéger les soignants. Protéger et augmenter les capacités est le maître mot, mais ce n’est pas le cas encore en Belgique", déplore Gilbert Bejjani

Pourquoi faut-il absolument dépister le personnel soignant ? Pour éviter que le personnel contaminé n’infecte d’autres personnes ?

"Au début d’une épidémie, le dépistage peut servir pour mettre en quarantaine, de façon sélective, les patients et leur entourage qui a été en contact. Nous n’en sommes plus là, l’épidémie est déjà bien présente, mais le dépistage va permettre de pouvoir mettre les patients infectés loin de ceux qui ne le sont pas. Cela permet aussi de pouvoir écarter de façon préventive le personnel qui serait infecté tant qu’on n’a pas besoin d’eux sur le terrain. Donc c’est vraiment l’application du principe de précaution, tant qu’on peut se le permettre."

Une autre consigne, par rapport aux malades, est de dire "Allez-vous faire détecter et soigner directement dans les hôpitaux, ne passez pas par votre médecin pour ne pas l’infecter." Est-ce que selon vous, cette organisation pose aussi des problèmes ?

"A ce stade de l’épidémie, tout le monde est chez soi, il y a une distanciation sociale. Les patients, ou ceux qui pensent être malades, sont dépistés par téléphone", rappelle Gilbert Bejjani

"Mais la recommandation actuelle d’envoyer tout le monde à l’hôpital pose deux problèmes. Premièrement, on risque de retarder toutes les pathologies chroniques qui à un moment ou un autre, vont devenir urgentes. Deuxièmement, ce flux que les médecins généralistes nous envoient à l’hôpital favorise le croisement des patients infectés des autres patients.

Nous pensons que le dépistage et la capacité de dépistage permettra de résoudre ce problème. En donnant du matériel de protection à tous les médecins spécialistes et généralistes en première ligne, on évitera des hospitalisations inutiles."

> CORONAVIRUS BELGIQUE: consultez les dernières infos

> CORONAVIRUS SYMPTÔMES: voici les signes qui montrent que vous pourriez avoir le Covid-19

> CORONAVIRUS BELGIQUE: CARTES de répartition par province, âge et sexe

 

Vos commentaires