En ce moment
 
 

Coronavirus - Une prime accordée au personnel hospitalier mais pas aux infirmiers à domicile ou dans les homes: la réaction des syndicats

 
CORONAVIRUS
 

Le gouvernement fédéral va octroyer une prime d'encouragement de 985 euros brut au personnel hospitalier travaillant à temps plein de septembre à novembre, annonce samedi le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a). Elle sera versée avant le 31 décembre. Nous avons contacté les représentants syndicaux du personnel soignant pour recueillir leur avis sur cette décision.

Les syndicats réclamaient des actions concrète et rapides. Une prime de 985€ brut pour le personnel hospitalier, c’est selon eux une "bonne nouvelle". Un premier pas vers une reconnaissance du travail fourni.

C'est la première fois qu'un acte concret est posé

"Après beaucoup d'annonces, c'est la première fois qu'un acte concret est posé et qu'on peut garantir aux travailleurs du secteur des hôpitaux qu'ils vont effectivement voir arriver une première reconnaissance de tout le travail, de leur investissement, au cours de ces derniers mois", réagit Nathalie Lionnet, secrétaire fédérale du secteur non-marchand au sein du SETCa, le Syndicat des employés, techniciens et cadres de la FGTB.

Cette prime d’encouragement concerne l’ensemble du personnel. C’était là aussi une demande des syndicats. "Cet hôpital, il a fonctionné avec des gens, par exemple dans le secteur de l'entretien, qui ont dû nettoyer, désinfecter. Le personnel a eu des conditions de travail extrêmement pénibles. Ce personnel a été indispensable aussi pour que l'hôpital fonctionne et qu'il soit capable de répondre à l'enjeu de cette vague Covid", explique Yves Hellendorff, secrétaire national du secteur non-marchand au sein de la CNE, la Centrale nationale des Employés du syndicat chrétien CSC.

Les infirmiers à domicile et dans les homes non concernés: une question de temps?

Seul regret : la prime ne concerne ni les infirmiers à domicile, ni les maisons de repos. Eux aussi doivent pourtant gérer cette deuxième vague de l’épidémie. "Maintenant, ils ne dépendent pas des mêmes pouvoirs subsidiants. Nous ne manquerons de veiller à ce que tout le monde soit reconnu. Puisque ce secteur manque de revalorisation depuis de nombreuses années", confie Nathalie Lionnet, du SETCa.

Les syndicats interpellent la ministre wallonne de la santé, Christie Morreale, et son homologue bruxellois Alain Marron, pour de demander que tout le personnel de première ligne puisse bénéficier des mêmes avantages.

CORONAVIRUS EN BELGIQUE: où en est l'épidémie ce samedi 14 novembre ?

Coronavirus en Belgique: les ministres se réunissent pour redéfinir la stratégie de tests


 

 




 

Vos commentaires