En ce moment
 
 

Dans cette enseigne, le nutriscore a permis de booster la vente des produits sains de 35%

Voilà un an que le nutriscore est mis en place. Le nutriscore est une petite vignette présente sur les emballages de produits alimentaires qui permet de voir si les aliments sont plus ou moins bons pour la santé. Le Nutriscore a fait évoluer certaines habitudes. Lesquelles?

Ces étiquettes nutriscore sont partout dans les rayons des supermarchés. Mais manifestement, le concept n’est pas encore connu pour tout le monde. Notre journaliste a tendu son micro dans une grande surface de la région. Une cliente avoue y prêter une certaine attention. "En général, je prends A ou B, mais c'est tout", confie-t-elle.

Pour une autre cliente, le nutriscore n'est pas un facteur déterminant: "Je regarde l'aspect du produit, la fraîcheur. Et en fonction de cela, je prends."

Pas toujours facile à définir. Le concept semble pourtant fonctionner. Dans cette grande surface bruxelloise, les produits arborent désormais ce nutriscore. Karima Ghozzzi, porte-parole de Delhaize nous détaille quelle est la clientèle la plus attentive à cette étiquette: "C'est peut-être plus accessible à certaines tranches d'âge. Les gens plus jeunes avec des enfants en bas âge qui sont vraiment plus sur ces applications, ces moyens digitaux".

Depuis son introduction dans cette enseigne,  l’outil a permis de booster la vente des produits A et B de 35%. C'est donc la preuve que les habitudes de consommation évoluent. Mais attention, le nutriscore ne fait pas l’unanimité. Comme le pense Thérèse Kubli, nutrithérapeute: "Je pense que cela ne va pas nous aider à manger vraiment mieux. Il faut une prise en charge beaucoup plus globale que cela. L'huile d'olive a le nutriscore le plus mauvais, alors que ce n'est pas mauvais pour la santé. C'est très nutritif."

Plusieurs entreprises refusent aujourd’hui de se lancer dans le nutriscore. Elles souhaitent un système plus adapté. 

Vos commentaires