En ce moment
 

Dans les coulisses de l'aéroport de Charleroi avec Francis, flight dispatcher, ESSENTIEL pour le pilote de l'avion: "Mon rôle est surtout sécuritaire"

Les coulisses de l’été nous emmènent cette semaine découvrir les dessous de l’aéroport de Charleroi. Une véritable fourmilière ! Plus de 3000 personnes  travaillent sur le site durant l’été pour accueillir près de 30.000 passagers par jour.  Ce matin sur Bel RTL, Céline Praile nous fait découvrir le métier de flight dispatcher.

Depuis 9 ans, Francis Castin occupe le poste de flight dispatcher à l'aéroport de Charleroi. Son bureau est installé en bord de piste : il centralise toutes les informations sur le vol.

"Notre rôle, c'est d'équilibrer l'avion, faire en sorte qu'il soit le plus performant possible", lance-t-il. 

Il reçoit d'abord les informations du personnel qui effectue le check-in des passagers : "Une fois que le check-in est clôturé, on a le nombre de bagages et le poids total".

Francis reçoit également des informations du commandant de bord : "Ici on me demande un bloc, donc c'est le 'fuel cuve' au total à bord de l'avion. Donc, 9,1 tonnes."


Un rôle essentiel

Objectif : répartir au mieux toutes les charges pour que l'avion soit le plus équilibré possible et que le pilote puisse régler ses instruments de bord.

"Si l'avant de l'avion est trop lourd et qu'il ne le sait pas, il ne pourra pas décoller. Si l'avion est trop lourd à l'arrière et qu'il ne le sait pas, il risque de taper la queue de l'avion au sol et ça peut également endommager l'avion donc mon rôle est surtout sécuritaire", explique Francis.



Des passagers absents et ça peut tout changer

Et le plan de chargement peut évoluer jusqu'à la dernière minute. Ce jour-là, Francis doit se précipiter dans l'avion pour valider les changements avec le pilote.

"Au départ, je devais avoir 210 passagers. Ici j'ai 5 dames qui ne sont pas venues donc on a des poids standard pour les dames, pour les hommes, donc ici j'ai un changement de 350 kilos, ça passe. Sinon, je devais faire un nouveau plan de chargement."


La belle rencontre de Francis

Les chiffres, c'est l'une des raisons pour lesquelles il fait ce métier : "Moi à la base je suis un matheux donc les chiffres, ça me parle. Puis il y a le contact humain également".

Et ses allers-retours sur les pistes, c'est aussi l'occasion de faire de belles rencontres : "On a eu un vol assez spécial, quand des passagers ont commencé à débarquer, j'ai remarqué que la première passagère, je la connaissais de vue, la deuxième pareil, et le troisième aussi. Je me suis dit : 'c'est bizarre quand même'. Puis, une des passagères avait un type assez particulier, je l'ai reconnue tout de suite. En fait c'était des acteurs d'une série que je regardais. C'était marrant de les voir en vrai plutôt que de les voir à la télé !"

Vos commentaires