En ce moment
 
 

De 4.000 à 12.000€ pour les entreprises et indépendants fermés: voici le détail des nouvelles aides en Wallonie

De 4.000 à 12.000€ pour les entreprises et indépendants fermés: voici le détail des nouvelles aides en Wallonie
© Belga
 
CORONAVIRUS
 

Le gouvernement a décidé ce jeudi d'octroyer de nouvelles aides aux secteurs fortement touchés par la crise sanitaire. Au total, quelque 200 millions d'euros sont mis sur la table pour l'horeca, les métiers de contacts, le secteur hôtelier, les entreprises actives dans le B to B (commerce d'entreprise à entreprise) ainsi que pour certaines activités spécifiques comme les agences de voyages et les louageurs de costumes folkloriques.

Le gouvernement wallon s'est réuni ce jeudi en début d'après-midi. Les ministres se sont notamment penchés sur les aides aux secteurs toujours fermés à cause de la pandémie du coronavirus.

Les décisions concernent principalement des interventions et indemnités dans quatre cas de figures et secteurs:

  • indépendants et entreprises toujours à l’arrêt (horeca, métiers de contacts, centres de loisirs…)
  • secteur hôtelier
  • indépendants et entreprises actifs en B to B et touchés substantiellement par les décisions de fermeture
  • certains secteurs spécifiques comme les agences de voyages, les louageurs…

 Le gouvernement de Wallonie a publié un communiqué à l'issue de la réunion. Voici les aides accordées dans ces quatre catégories.

Indemnité à destination des secteurs toujours fermés

Selon le communiqué, il a été décidé d'octroyer:

  • une indemnité variant de 4.000 € à 12.000 € aux indépendants/entreprises fermés depuis le 19 octobre 2020.
  • une indemnité variant de 3.250 € à 9.750 € aux indépendants/entreprises fermés depuis le 2 novembre 2020.

L'indemnité sera octroyée selon la taille de l'entreprise (traduire en catégorie d'équivalents temps plein):


 Selon le gouvernement wallon, la mesure concerne environ 28.000 bénéficiaires et doit avoir un impact budgétaire estimé à 144 millions d'euros.

Voici la liste des secteurs éligibles:

- 55.202 Centres et villages de vacances ;
- 55.300 Terrains de camping et parcs pour caravanes ou véhicules de loisirs ;
- 56.101 Restauration à service complet ;
- 56.102 Restauration à service restreint ;
- 56.210 Services des traiteurs ;
- 56.301 Cafés et bars ;
- 56.302 Discothèques, dancings et similaires ;
- 56.309 Autres débits de boissons ;
- 59.140 Projection de films cinématographiques ;
- 82.300 Organisation de salons professionnels et de congrès ;
- 85.510 Enseignement de disciplines sportives et d'activités de loisirs ;
- 85.520 Enseignement culturel ;
- 85.532 Enseignement de la conduite d'aéronefs et de bateaux ;
- 90.021 Promotion et organisation de spectacles vivants ;
- 90.041 Gestion de salles de théâtre, de concerts et similaires ;
- 90.042 Gestion de centres culturels et de salles multifonctionnelles à vocation culturelle ;
- 91.030 Gestion des sites et monuments historiques et des attractions touristiques similaires ;
- 91.041 Gestion des jardins botaniques et zoologiques ;
- 93.110 Gestion d'installations sportives ;
- 93.121 à 129 Activités des clubs de sports ;
- 93.130 Activités des centres de culture physique ;
- 93.199 Autres activités sportives ;
- 93.211 Activités foraines ;
- 93.212 Activités des parcs d'attractions et des parcs à thèmes ;
- 93.291 Exploitation de salles de billard et de snooker
- 93.292 Exploitation de domaines récréatifs ;
- 93.299 Autres activités récréatives et de loisirs ;
- 96.021 Coiffure ;
- 96.022 Soins de beauté ;
- 96.040 Entretien corporel ;
- 96.092 Services de tatouage et de piercing.

Indemnité à destination du secteur hôtelier: 1.000€ par chambre

Dans son communiqué, le gouvernement de Wallonie reconnaît que même si le secteur hôtelier ne figure pas dans les secteurs touchés par une obligation de fermeture, "ceux-ci
étant considérés comme un service de première nécessité, les hôtels sont particulièrement touchés par l’ensemble des mesures liées au covid-19". "Environ 65% des hébergements – tous types confondus – n’avaient aucune réservation pour le 1er trimestre 2021 en date du 4/1/2021. En termes de taux d’occupation moyen sur l’année 2020 en comparaison à l’année 2019, on constate une baisse de près de 50 %", précise le document.

Le gouvernement de Wallonie a décidé d’octroyer une intervention spécifique aux indépendants et entreprises qui sont actives à titre principal dans le secteur hôtelier (code NACE 55.100). Cette indemnité prendra la forme d’un forfait de 1.000 € par chambre. 

"En Wallonie, on dénombre environ 450 hôtels pour une estimation d’un peu moins de 15.000 chambres. L’impact budgétaire de cette mesure est donc estimé à 14,6 millions €", précise encore le communiqué du gouvernement.

Indemnité à destination des indépendants/entreprises actifs en B to B et touchés indirectement

Le gouvernement indique qu'il marque son accord de principe pour un nouveau volet d'intervention pour les indépendants et entreprises actives en B to B (commerce d'entreprise à entreprise) et les fournisseurs importants des secteurs fermés. "Le ministre de l’Economie proposera très prochainement au Gouvernement une indemnité spécifique [...] tenant compte du lien de leur activité avec les secteurs fermés et qui sera calculée sur la base d’un pourcentage de la perte de chiffre d’affaires", précise le communiqué du gouvernement.

Fonds pour certains secteurs spécifiques

Concernant les activités qui n'entrent pas dans les catégories reprises ci-dessus, mais qui sont fortement impactées (agences de voyage, louageurs de costumes, etc.), le gouvernement "a décidé de les aider à travers un fonds dont les modalités sont en voie de finalisation".

Notre objectif, c'est d'éviter l'effet domino

Au total, c'est donc une enveloppe supplémentaire de 200 millions d'euros qui est octroyée, pour un total d'aides, jusqu'à présent, de 1,2 milliard d'euros. "Il y a évidemment une limite à la capacité de soutien de la Région mais pour l'instant, notre objectif, c'est d'éviter l'effet domino", a expliqué le ministre-président wallon, Elio Di Rupo. "Si les pouvoirs publics n'aident pas, le grand risque, c'est d'avoir un effet systémique démultiplié" qui serait dévastateur, a-t-il ajouté.


 

 




 

Vos commentaires