En ce moment
 
 

"Catastrophe" pour de nombreux voyageurs de la SNCB bloqués hier soir au retour de la Côte: voici ce qui s'est réellement passé

  • Cauchemar%20pour%20les%20voyageurs%20de%20la%20SNCB%20bloqu%C3%A9s%20au%20retour%20de%20la%20C%C3%B4te

  • La%20saison%20touristique%20d%C3%A9bute%20plut%C3%B4t%20bien%20%C3%A0%20la%20c%C3%B4te%20belge

 
 
 

Tout d'abord, une personne a été heurtée par un train dimanche soir peu avant 19h sur la ligne Ostende-Bruxelles, occasionnant la fermeture du trafic pendant 1h30. Les trains suivants ont donc été retardés, laissant de nombreux vacanciers dans l'attente en gare de Bruges ou dans celles de la Côte. Las d'attendre, ces derniers se sont rués dans les tous premiers trains à redémarrer. Celui partant de Blankenberge était totalement bondé, avec plus de 2.000 personnes à bord. Certains passagers s'y sont dès lors sentis mal et le système d'alarme a été actionné, stoppant net le train qui n'a pu finalement repartir que vers 22h.

La circulation des trains entre Bruges et Aalter vers Bruxelles a été arrêtée dimanche soir dans les deux directions après qu'une personne a été happée par un train près de la gare de Beernem, peu après Bruges vers Bruxelles, à 19h. Le train concerné par l'accident s'est retrouvé à l'arrêt avec à son bord 350 personnes. "Peu avant 19h, un train reliant Ostende à Eupen a heurté une personne à hauteur de Beernem. Le train s'est donc immobilisé et il a fallu évacuer les voyageurs et mettre en place un service alternatif puisque les deux voies étaient à ce moment-là soustraites au trafic", a explique Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel, à notre journaliste Céline Praile. "C'est une situation très difficile à gérer dans un jour d'affluence comme aujourd'hui", a-t-il ajouté.

3783068

De nombreux voyageurs de retour de la mer bloqués

De nombreuses personnes parties en train profiter du soleil à la Côte belge se sont dès lors retrouvées bloquées à Bruges. "L'attente est insoutenable", a confié un témoin via le bouton orange Alertez-nous. "Tout le monde a dû descendre du train. Aucune explication ou presque. Plusieurs francophones sont bloqués à Bruges où personne ne parle le français... tous livrés à eux-mêmes", a confié pour sa part Antonio vers 19h50.



L'attente était également le lot de tous les voyageurs qui n'avaient pas encore pu monter dans un train aux gares d'Ostende, La Panne ou Blankenberge. Finalement, vers 20h30, la circulation a pu être rétablie sur l'une des deux voies, ce qui a permis à la SNCB et à Infrabel de remettre en circulation les trains de façon alternée. "Avec des retards, puisque les trains doivent circuler à vitesse limitée à hauteur des lieux de l'accident", a précisé Frédéric Sacré. La situation devait se normaliser dans le courant de la soirée, a-t-il ajouté à 20h45.


Gros problèmes dans un train bondé avec plus de 2.000 passagers

Mais les problèmes ne faisaient que commencer pour certains voyageurs. "Vers 19h10, j'ai déposé ma mère et ma petite soeur à la gare de Bruges pour prendre le train direction Bruxelles. Avec beaucoup de difficultés, elles ont pu monter dans le train qui était plus que bondé. Actuellement elles sont bloquées dans le train avec des milliers de personnes à la campagne, un peu avant ou après Aalter. Un bruit sonore n'arrête pas de sonner, apparemment pour eux devenu insupportable. Aucune information donnée, aucun contrôleur apparu, rien. Il est 21h00 passée et on ignore tout ce qu'il peut se passer, pour combien de temps ils seront encore bloqués. Personnes âgées, enfants restent debout depuis qu'ils ont mis le pied dans ce foutu train", nous a écrit Ikram. Des témoins nous ont également signalé s'être retrouvés dans le noir dans un train bloqué durant plus d'une heure, "sans aucune information, c'est vraiment la catastrophe!".

Ce train était en fait le tout premier à avoir pu quitter une gare de la Côte après la fermeture du trafic. Résultat: tout le monde s'est rué dedans et c'est avec plus de 2.000 passagers à bord qu'il a démarré de Blankenberge, explique la SNCB. Les conditions à bord du train étaient telles qu'un passager, craignant un malaise, avait décidé d'actionner le système d'alarme, ce qui avait mené au freinage d'urgence du convoi. Celui-ci s'est donc immobilisé précisément à Wontergem, dans la commune de Deinze.

Des secours venus sur place ont distribué de l'eau aux personnes à bord et porté assistance à celles qui en avaient besoin. En tout, ce sont une vingtaine de passagers qui se sont sentis mal. Finalement, le train n'a repris sa route que vers 22h00 avec 1.500 personnes à bord. Environ 500 passagers ont préféré descendre du train. Ils ont été emmenés vers la gare de Deinze d'où ils ont pu poursuivre leur route vers la destination de leur choix.       


Déjà des problèmes le matin

L'affluence impressionnante pour rejoindre la Côte avait déjà provoqué des désagréments pour les usagers de la SNCB ce dimanche matin. Plusieurs voyageurs coincés dans des trains remplis nous avaient contactés. "Le train est bondé, il n’y a plus de places assises. Je vais donc rester debout jusqu’à Ostende", nous avait confié Halim. Des retards avaient également été constatés.




 




 

Vos commentaires