En ce moment
 

De plus en plus de personnes font appel à l'aide alimentaire: de nouveaux demandeurs apparaissent

Les banques alimentaires sont débordées. Elles proposent de la nourriture aux plus démunis. En un an, il y a eu 15.000 bénéficiaires en plus. Parmi eux, beaucoup de jeunes en décrochage scolaire. Les banques alimentaires essaient de les accompagner efficacement malgré les difficultés.

Nous nous sommes rendus dans un atelier de cuisine à Grammont pour apprendre à cuisiner tous les aliments reçus dans les colis, et notamment les légumes, trop souvent gaspillés. Car parfois, les bénéficiaires des banques alimentaires ne savent pas toujours comment les cuisiner.

"Un conseil très important, c’est qu’on peut faire pleine de choses avec les légumes frais. Par exemple, avec les brocolis. On peut aussi utiliser leurs tiges, et pas seulement la tête. C’est délicieux. Les fanes de carottes finissent très souvent dans la poubelle, mais vous pouvez aussi faire une délicieuse soupe ou les utiliser dans un pesto", explique Sandra Bekkari, chef cuisinier.


Des demandeurs inattendus: des jeunes en décrochage scolaire

La fédération des banques alimentaires essaie d’accompagner au mieux les demandeurs, toujours plus nombreux. L’an passé, 157.151 personnes se sont tournées vers les associations. C'est 10% de plus qu’en 2016. Avec de nouveaux profils de personnes dans le besoin. "On retrouve, assez étonnement, des jeunes en décrochage scolaire. Des familles monoparentales, jeunes également. Et quand je parle de monoparentales, ce sont des familles nombreuses. Ce sont des personnes qui ont trois, quatre ou cinq enfants à nourrir", indique Tony Michiels, administrateur délégué de la Banque alimentaire de Bruxelles.

En 2017, 16.488 tonnes de nourriture ont été collectées en Belgique, notamment grâce à l’implication des supermarchés. "Les associations peuvent aller chercher des produits alimentaires en direct dans les points de vente des grands distributeurs. Et là on a quand même une référence de qualité", précise Tony Michiels.

Malgré ce réseau d’entraide, la tendance a de quoi alarmer: ces cinq dernières années, la demande d’aide alimentaire a bondi de 30 % en Belgique.

Vos commentaires