En ce moment
 
 

De retour d'une zone rouge, vous devez être en quarantaine: voici à quoi ressemblent les contrôles à Bruxelles

 
CORONAVIRUS
 

Les Belges de retour d'une zone rouge doivent obligatoirement se mettre en quarantaine et se faire tester. Des contrôles sont annoncés dans notre pays. Mais comment cela se passe ? Exemple à Bruxelles.

L'un des piliers de la stratégie belge de lutte contre la propagation du virus réside dans le contrôle du respect de la quarantaine. Cela concerne notamment des milliers de Belges partis en vacances en zone rouge. Ces contrôles sont notamment organisés à Bruxelles. Mais comment cela se passe ?

"Pour le moment, on reste surtout dans l'accompagnement des gens pour qu'ils gardent confiance en ce système", raconte Inge Neven, Responsable du Service de l'inspection de l'hygiène de la Commission communautaire commune de Bruxelles dans C'est Pas Tous les Jours Dimanche . "C'est très important de faire en sorte que tout le monde veuille respecter les règles et donc jouer le jeu".

La première phase du contrôle se fait par téléphone. "On essaye d'expliquer aux gens quelles sont les procédures à suivre et de s'assurer que tout le monde les a bien comprises et veut les respecter. C'est pour cela qu'on appelle les gens de retour d'une zone rouge le lendemain de leur arrivée. On leur demande s'ils ont bien fait leur test et s'ils sont vraiment en quarantaine. Depuis le 3 janvier, 97% personnes des gens ont répondu qu'ils avaient déjà été testés ou qu'ils allaient le faire", précise-t-elle.

Place ensuite à des passages sur le terrain. "A côté de cela, on fait aussi un sondage grâce aux agents de terrain. 70 personnes sont contrôlées chaque jour pour voir s'ils sont à domicile et s'ils ont vraiment bien compris ce qu'ils doivent faire. Si l'on constate que des gens ne veulent pas les respecter, qui les contestent ou ne veulent pas se mettre en quarantaine, on va demander à notre médecin inspecteur d'hygiène d'intervenir et d'essayer de réexpliquer les règles aux gens. A ce moment là, on peut donner le nom à la police qui peut donner des amendes", précise Inge Neven.

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce dimanche 10 janvier ? 

 




 

Vos commentaires