En ce moment
 
 

Déconfinement: pour rentrer dans un restaurant ou un bar, vous ne devrez pas donner vos coordonnées

 
 

La Première ministre Sophie Wilmès a confirmé, lors d'une séance de questions-réponses à l'issue du Conseil national de sécurité ce mercredi, que les restaurateurs et tenanciers de cafés ne devraient pas tenir de registre des données de leurs clients dans une optique de traçage. Le ministre fédéral des Classes moyennes, des Indépendants et des PME, Denis Ducarme, l'avait déjà annoncé ce matin dans la Matinale de Bel RTL

"On ne peut pas rentrer dans un système où on oblige le client potentiel à donner l'ensemble de ses données"

"On a procédé à plusieurs études sur le respect de la GDPR [le Règlement général sur la protection des données, ndlr], et il semble que les propositions strictes qui avaient été mises sur la table ne correspondent pas au respect de cette GDPR", a-t-elle répondu. "On ne peut pas rentrer dans un système où on oblige le client potentiel à donner l'ensemble de ses données en échange de pouvoir avoir accès au restaurant. On se rend compte aussi que pour le patron ou la personne qui va faire l'accueil ça peut susciter des discussions compliquées, de plus, il y a toute la partie gestion des dossiers qui peut poser problème".

"Ça ne devait pas nous empêcher de pouvoir rouvrir l'horeca"

La Première ministre a indiqué qu'il n'était pas question de renoncer au traçage pour autant: "Ça reste quelque chose de très important qu'il faut continuer à développer avec le temps, peut-être avec des moyens extérieurs au papier et au bic, mais ça ne devait pas nous empêcher de pouvoir rouvrir l'horeca. Dès lors, nous proposons un système volontaire, de la part du restaurateur ou du tenancier du café, mais aussi de la part de celui qui souhaite s'inscrire, de manière informée".




 

Vos commentaires