En ce moment
 

Départ en vacances: ce journaliste somnole à 130km/h sur l’autoroute (vidéo)

Départ en vacances: ce journaliste somnole à 130km/h sur l’autoroute

Si vous partez en vacances, soyez prudent sur les routes. Fermer les yeux, ne fût-ce qu'une fraction de seconde, peut s'avérer fatal. La fatigue est responsable d'un accident grave sur 5, chez nous. C’est autant que l’alcool. Et ça peut aller très vite. C'est ce qu'on va voir dans cette expérience très interpellante.

Comme 75% des Belges, Christophe, , journaliste auto pour RTL France, a choisi la voiture pour partir en vacances. La différence entre lui et vous est que ce journaliste a accepté de se faire appareillé pour tester son attention sur la route. Des capteurs vont scruter les activités de ses neurones, ses yeux et de son menton. Une caméra infrarouge est aussi placée derrière son volant pour surveiller ses moindres gestes. Pendant ses 10 heures de trajet avec pause, l’état de Christophe est enregistré. Il dit se sentir bien tout au long du voyage. Pourtant, les capteurs disent le contraire.

"Je me sens plutôt bien"

Le journaliste se retrouve en micro-sommeil pendant 17 secondes. Il va également consulter son smartphone à plusieurs reprises sans prêter attention à la route. En tout, il est inattentif pendant 32 kilomètres sans même en avoir conscience.

Sans-titre-2

Le plus édifiant reste le parcours retour que Christophe va parcourir de nuit. Un choix que font beaucoup de vacanciers. Et le retour est plus difficile pour Christophe: "Je me sens plutôt bien. Fatigué tout de même. Je pense avoir eu quelques moments d’absence", témoigne-t-il.

Le journaliste n'a aucun souvenir de ses absences

De retour à Paris, son point de départ, Christophe a rendez-vous à l’hôpital. Les médecins vont analyser les données. Verdict: il y a eu plus que quelques moments d’absence. À partir de 4 heures du matin, le journaliste somnole à 130km/h sur l’autoroute. La séquence dure 24 secondes. Une période durant laquelle il va parcourir 900 mètres. "Ce qui est hallucinant, c'est que ce que je vois dans cette séquence, je ne l’ai pas ressenti en voiture. Or, il y a des périodes de sommeil qui sont particulièrement longues. Pendant près de 1 km la voiture roulait seule, en mode libre. S’il y avait eu un danger, j’aurai été incapable de réagir."

Au total, Christophe a parcouru 101 kilomètres en état de somnolence. Il est resté durant 2 minutes cumulées dans un sommeil profond. Ce genre de situation n’est pas rare. Selon VIAS, un trajet sur 20 est effectué par un conducteur somnolent

Vos commentaires