En ce moment
 
 

Départ en vacances: la sieste, moyen le plus efficace pour ne pas s'endormir au volant... à une condition

 
 

Faire une sieste, même courte et dans son véhicule, est bien plus efficace qu'une simple pause pour éviter, lors d'un long trajet, l'inévitable somnolence d'après déjeuner, selon une étude clinique publiée samedi en ce week-end de départs en vacances.

Quarante "bons dormeurs" (au moins huit heures de sommeil la veille) ont effectué sur simulateur de conduite et avec des électrodes mesurant plusieurs variables cognitives (fatigue, somnolence, vigilance, anxiété), un trajet autoroutier monotone (sans trafic, avec interdiction de quitter leur voie). Ce trajet était séquencé en deux fois deux heures de conduite, entrecoupé d'une heure de pause comprenant un déjeuner identique pour chaque participant.

Lors de cette pause, un premier groupe a effectué une sieste dans un lit après la collation, un deuxième a dormi sur le siège incliné du véhicule et un dernier s'est contenté d'une simple pause. Résultat: pendant les deux heures qui suivent l'arrêt, les déviations latérales du véhicule (zigzags synonymes de perte de vigilance voire de somnolence) des sujets n'ayant pas dormi sont supérieures de 21% à celles de ceux ayant fait une sieste - la différence est bien moindre entre les sujets ayant dormi dans un lit et sur le siège.

"Un créneau de 15/20 minutes"

"À partir du moment où vous restez dans un créneau de 15/20 minutes, vous vous réveillez facilement et vous avez les effets productifs de la sieste, explique Benoît Gobart, porte-parole de Vias. Si vous dormez plus longtemps, vous allez tomber dans une phase de sommeil profond. Ça va être beaucoup plus difficile de vous réveiller, vous allez continuer à somnoler au volant et là, ça peut être contre-productif."

Les conducteurs belges ont bien compris les bienfaits d'une sieste puisque 81% d'entre eux aménagent un temps pour cette dernière sur de longs trajets. "Normalement, si je suis fatigué, je m'arrête pour dormir 15/20 minutes, confie un automobiliste. Après ça, je suis comme neuf." L'Institut Vias conseille de faire des pauses, même lorsqu'on approche de l'arrivée car il y a quatre fois plus d'accidents dans les 100 derniers kilomètres. 




 

Vos commentaires