En ce moment
 
 

Depuis la crise du coronavirus, Stéphanie se tourne vers les ventes de seconde main: ses vêtements et vieux jouets lui rapportent près de 200€ par mois

 
CORONAVIRUS
 

Avec la fermeture des commerces non essentiels, les ventes en ligne rencontrent un franc succès. Une autre tendance s'accentue également à l’approche des fêtes de fin d’année: celle des achats de seconde main.

Avec la crise sanitaire et le confinement, de nombreux Belges ont occupé leur temps. Il faut faire de la place dans les armoires et pour certains c’est l’occasion de faire de bonnes affaires. Stéphanie revend vêtements et jouets sur une plateforme en ligne. "Le fait qu'on ne puisse pas accéder à des bourses, brocantes et à tout ce genre de choses pendant la crise sanitaire a fait qu'on les a mis en vente sur des sites de seconde main", explique-t-elle. 

La démarche est simple et rapide. Quelques photos, une description précise de l’objet et l’annonce est en ligne. Les colis sont ensuite déposés chez son libraire. "Ça part très très bien. On a 8 à 10 colis par semaine", assure l'habitante de Frasnes-lez-Gosselies.

De nombreux objets de seconde main

En moyenne, la vente en ligne rapporte à Stéphanie entre 150 et 200 euros chaque mois. Elle réinvestit ensuite cette somme dans des achats d’objets de seconde main.

Comme elle, de nombreux Belges ont opté pour la vente de seconde main. David Amay est gérant d'une librairie. Chaque jour, il voit transiter près de 300 colis. Nombreux d'entre eux sont des objets de deuxième main. "La plupart de la clientèle a des grosses difficultés financières. Et quand on voit le prix de jouets en très bon état, je me dis que ça va continuer", témoigne-t-il. 

Préparer Noël avant l'heure

Les articles de sport et de fitness de seconde main ont aussi la cote en Wallonie et à Bruxelles selon une plateforme de vente en ligne. Les recherches ont augmenté de 64% en septembre et octobre par rapport à la même période l’année dernière. Les Belges misent aussi sur les objets de deuxième main pour préparer Noel avant l’heure.

"Sur la recherche du mot 'noël', il a été tapé près de 10.000 fois la semaine dernière. Habituellement, c'est après les vacances de la Toussaint que l'on commence à réfléchir à la décoration notamment. Et puis, on attend le passage de Saint-Nicolas", explique Aleksandra Vidanovsky, porte-parole de 2eme main. La prolongation des vacances de Toussaint a aussi boosté les recherches de jouets d’occasion.

CORONAVIRUS EN BELGIQUE: où en est l'épidémie ce samedi 14 novembre ?

Coronavirus en Belgique: les ministres se réunissent pour redéfinir la stratégie de tests


 

 




 

Vos commentaires