En ce moment
 
 

Dernier jour pour nettoyer les tombes: les cimetières sont bondés ce dimanche en prévision de la Toussaint (vidéo)

La Toussaint, c’est déjà vendredi prochain. Dans certains cimetières, ce dimanche est déjà le dernier jour pour nettoyer les tombes. Dans certaines communes, le nettoyage est interdit pour permettre aux familles de se recueillir en toute tranquillité.

Virginie s’est levée expressément plus tôt ce matin pour nettoyer la tombe de son père. "En vitesse, un peu de savon pour nettoyer la pierre bleue, des loques. Et alors on a pris un peu de terre aussi pour remplacer la terre." La semaine prochaine, elle pourra y déposer des fleurs, mais le nettoyage ne sera plus autorisé.

"Je l’ignorais, explique Virginie. C’est ce matin, aux nouvelles, en repassant, j’ai entendu qu’il fallait entretenir les tombes, que c’était le dernier jour." Chaque commune fait son propre règlement, il est inscrit à l’entrée du cimetière.

À Liège, l’entretien des tombes n’est plus possible depuis cinq jours. À Bruxelles, certaines communes l’autorisent encore jusqu’à mardi. Marc Heyman est maître de cérémonie au cimetière de Woluwe-Saint-Pierre, il explique: "Pour éviter que les gens salissent les autres tombes à côté. Donc, ils nettoient leurs tombes et ils marchent sur les autres. J’essaie toujours de prévenir les autres quand ils entrent donc de dire qu’ils doivent respecter les autres tombes, que quand ils ratissent, ils doivent quand même respecter ce qu’il y a à côté."

Un rituel pour certains

Certaines personnes viennent chaque année à la même période. C’est le cas de François: "Je sais qu’à partir de la semaine prochaine, on ne peut plus faire l’entretien des tombes et c’est pour ça que comme je ne suis pas très loin, je suis venu ce matin. Comme il fait encore bon, c’est l’occasion de faire l’entretien." Même chose pour d’autres personnes: "Chaque année… c’est un peu un devoir de mémoire, un peu normal pour nos anciens. Alors on fait les cimetières des anciens de la famille qui ne sont plus là."

Ce matin, les familles étaient nombreuses à s’assurer que la tombe de leur proche soit propre. Les communes n’ont plus assez de budget pour entretenir les cimetières.

Vos commentaires