En ce moment
 
 

Derrière la nébuleuse Nethys, il y a 76 communes liégeoises: qu'attendent-elles des perquisitions?

L'affaire Nethys n'en finit par de faire parler d'elle. Ce vendredi 18 octobre, des perquisitions ont été menées auprès des différentes figures qui tournent autour de cette nébuleuse sphère publique/privée. Des agents spécialisés ont ainsi réveillé Stéphane Moreau, François Fornieri et Muriel Targnion, pour ne citer qu'eux, afin d'emporter ordinateurs, disques durs et dossiers. 

Dans la région de Liège, l'affaire fait grand bruit. La province est actionnaire majoritaire de l'intercommunale Enodia, qui est la maison-mère de Nethys. On y retrouve aussi 76 communes liégeoises, dont les bourgmestres ont des réactions partagées.

Ces perquisitions "sont une excellente chose, nous ce qu'on revendique depuis le début, c'est une transparence totale au niveau de la gestion, donc on a salué l'action du gouvernement wallon", explique Benjamin Houet, bourgmestre MR de Soumagne.

"Il faut quand même bien reconnaître que par rapport à la gestion, cette confrontation et cette promiscuité constante entre les réflexes du privé et les réflexes du public, donne une image de flou qui était devenue insupportable", poursuit Marc Bolland, mayeur PS de Blegny.

Ce que ces bourgmestres attendent ? "Le mouvement qui est en route maintenant, de remise en place des structures, des organes, de telle sorte que les associés, dont la province, les communes et les contribuables, soient respectés davantage, avec plus de transparence".

Les communes "n'ont pas du tout été impliquées dans les derniers choix, notamment sur la vente de Voo, et ça c'est vraiment regrettable", conclut M. Houet.

Les 76 communes liégeoises ont renoncé à d'importants dividendes pendant des années. Leur espoir aujourd'hui est de récupérer cet argent dont elles ne savaient plus très bien à quoi il servait.

 

Vos commentaires