En ce moment
 
 

Des actions annoncées après la condamnation pour le blocage du pont de Cheratte

Des actions annoncées après la condamnation pour le blocage du pont de Cheratte
 
 

(Belga) Le syndicat socialiste compte faire appel de la condamnation de 17 de ses membres pour entrave méchante à la circulation, a redit vendredi son prédisent Thierry Bodson à l'ouverture du congrès de la FGTB Metal Liège-Luxembourg, qui se tenait au Val Saint-Lambert à Seraing. "Le droit de grève ne vient pas de nulle part, il vient de conventions européennes", a-t-il déclaré. "Il est temps de rappeler à certains magistrats et politiques que la Belgique ne vit pas sur une île et qu'elle a déjà été condamnée pour son manque de respect envers les grévistes. Alors oui, on ira en appel avec comme objectif de faire condamner la Belgique."

Le 19 octobre, 17 militants de la FGTB ont été condamnés en appel à des peines allant de 15 jours à un mois de prison avec sursis et à des amendes allant de 200 à 350 euros, pour entrave méchante à la circulation. En octobre 2015, lors d'une journée de grève nationale en réaction aux mesures du gouvernement Michel, environ 300 manifestants avaient bloqué le viaduc de Cheratte sur l'autoroute E40. Thierry Bodson a indiqué vendredi qu'une note avait été rédigée afin de demander que des assemblées soient organisées dans toutes les entreprises où cela peut se faire. "Pour réexpliquer la dangerosité de la situation que nous vivons et appeler à une journée d'action nationale avant fin novembre." "Non seulement on va contester ce jugement au niveau juridique, au niveau européen, mais on va aussi continuer à faire notre job et des actions seront organisées", a ajouté le président du syndicat, qui s'est dit prêt, s'il le fallait, à "faire quinze jours de prison pour qu'il y ait une prise de conscience en Belgique". Le budget 2022 du gouvernement fédéral et certaines mesures annoncées, comme le retour au travail des malades de longue durée ou l'élargissement du travail de nuit, ont également été épinglés lors du congrès. "Si la loi de 96 (NDLR: loi sur la norme salariale) n'est pas modifiée, on ne négociera pas d'accord interprofessionnel", a-t-il assuré, réclamant une "vraie réforme fiscale pour plus de justice sociale, plus de moyens pour l'administration fiscale et un refinancement des services publics". La FGTB a, par ailleurs, appelé à se mobiliser, le 27 octobre prochain, contre la "peste brune" sachant qu'un mouvement qualifié de fasciste est censé se réunir en province de Liège. (Belga)


 




 

Vos commentaires