En ce moment
 
 

Des étudiants en seconde sess' dévoilent leurs astuces pour résister à la chaleur: "Notre cerveau est beaucoup plus réveillé"

Fait-il trop chaud pour étudier? C'est certainement l'avis de nombreux étudiants plongés dans leurs cours pour leur seconde session d'examens. Nous en avons rencontré plusieurs à l'Université de Namur. Ils nous livrent leurs commentaires et leurs astuces pour tenir le coup.

Les températures actuelles invitent davantage à l'oisiveté qu'à l'étude. Mais pas le choix: entre deux pauses, il faut trouver le courage de retourner à ses cahiers. "C'est super difficile quand il fait chaud et que tout le monde est dehors pour fêter la fin des vacances", confie une étudiante à Namur. "Franchement c'est super compliqué de se concentrer. Et puis bon, on va pas se plaindre, on a du beau temps… Mais un peu de pluie ça nous arrangerait dans cette période", réagit une autre.


La chasse aux endroits frais

Au travail depuis 7H30 ce mardi matin, des étudiants à Namur ont choisi un coin reculé de la bibliothèque pour une raison stratégique. "Il y a plus d'air, il y a un appel d'air entre la fenêtre et la porte. Il fait un peu plus frais qu'autre part dans la bibliothèque. Quand il fait trop chaud pour étudier, c'est quand même difficile de se concentrer", explique une jeune femme.

"Surtout avec les chaleurs de l'après-midi, il y a la chaleur qui reste vraiment dans la bibliothèque, du coup on ne veut que sortir, aller boire un petit verre… mais normalement on doit étudier. C'est difficile de résister", confie une autre étudiante, un sourire en coin.

On est beaucoup plus actif le matin que le soir

Pour vaincre la somnolence du début d'après-midi, certains étudiants décalent leur période de travail. "On peut commencer plus tôt, ou alors justement étudier plus tard. Moi je fais souvent des pauses l'après-midi comme ça c'est plus facile", indique un étudiant. "C'est beaucoup mieux de travailler plus tôt parce que notre cerveau est beaucoup plus réveillé et on est beaucoup plus actif le matin que le soir à travailler jusqu'à des heures impossibles", commente une autre.

"On boit beaucoup, sinon c'est intenable. On essaie de s'isoler au maximum dans des endroits un peu plus frais. Genre à la maison c'est dans le salon, en fermant les volets", précise une autre étudiante.

Tenue légère, pieds nus, éventails… toutes les techniques et toutes les armes sont bonnes pour faire face à la chaleur en cette période de blocus.

Vos commentaires