En ce moment
 

Des jeunes sous le choc face à un accident mis en scène à La Louvière: "Au début j'ai pris des photos, puis ça m'a fait réfléchir"

Deux véhicules, une collision, du sang répandu un peu partout dans les habitacles, une bouteille d'alcool retrouvée sur le siège d'une voiture, et l'intervention des services de secours. Le tout, juste en face de l'hôtel de ville de La Louvière.
  
La scène est ultra-réaliste, mais il s'agit en vérité d'un faux accident organisé par la police locale, en coordination avec les pompiers et des secouristes. Le but? Conscientiser les jeunes face aux risques liés à la conduite sous l'influence d'alcool ou de drogues, et aussi dans un état de fatigue avancé. "On ne voulait pas uniquement représenter un exercice pompier désincarcération comme on peut le voir aux portes ouvertes. On voulait accentuer le côté dramatique pour être le plus percutant possible pour les jeunes rhétoriciens. On voulait leur faire vivre un accident", explique le coordinateur, Grégory Verachtert, membre de l'unité mobile de sécurité routière. "Il faut se rendre compte des conséquences. Après le décès, la personne qui souffre le moins est la personne qui s'en va. Mais il y a le deuil des parents et des proches", ajoute-t-il.
 
Derrière des barrières, les nombreux adolescents sont ébahis. En quelques minutes, ils semblent comprendre quelles peuvent être les conséquences d'une conduite sous influence. "Au début, j'ai pris des photos. Puis, ça m'a fait réfléchir", a confié l'un d'eux.

"C'est assez violente la technique qu'ils utilisent pour casser la voiture, sortir les personnes. Ça reste à l'esprit. Je connais des personnes qui prennent souvent le véhicule sous influence, et c'est vrai qu'on n'y pense pas tout le temps. On se dit qu'on rentre chez soi, mais un accident peut vite arriver", confie un jeune homme. "C'est très pertinent, tous les jeunes peuvent se trouver dans cette situation. Ce qui marque le plus, c'est le sang, c'est l'aspect réaliste. Ça fait penser, pour moi, que n'importe qui peut être confronté à ce problème", ajoute un élève de rhéto.

Pour un autre, des souvenirs lui reviennent à l'esprit. "J'ai eu une expérience comme ça, j'étais plus petit. Ma tante a eu un accident de voiture à cause de son compagnon qui avait bu. On a tenté de la réanimer plusieurs fois. Ça me fait réfléchir, ça fait peur", confie un jeune spectateur de la scène.

Pour organiser cette journée de sensibilisation, tous les secouristes sont venus de façon volontaire.

Vos commentaires