En ce moment
 
 

Détecter à temps les chutes des personnes âgées: un système novateur à l’hôpital Chwapi de Tournai

 
 

Comment détecter les chutes des personnes âgées à temps? À l'hôpital Chwapi de Tournai, toutes les chambres du service de gériatrie sont équipées d'un système novateur de détection qui permet au personnel de réagir très rapidement en cas de chute d'un patient âgé. Voici comment il fonctionne.

L'hôpital est un lieu sécurisant, mais le risque zéro n'y existe pas pour autant : dans le service gériatrie, 50 chutes sont dénombrées par an. A l'hôpital Chwapi de Tournai, Pierre, 88 ans, est un patient à risque. Il est hospitalisé après avoir fait une chute chez lui, il y a dix jours. Il est resté au sol pendant 11 heures, explique-t-il à notre équipe : "Je montais l'escalier, et à la première marche, je suis tombé. Je ne sais pas ce que j'ai eu. Il n'y avait plus rien à faire, c'était fini j'étais par terre", confie-t-il sur son lit d'hôpital. 

"Moins d'1 min 30" pour réagir à une chute grâce à ce système novateur 

Dans les 96 chambres du service gériatrie de l'hôpital Chwapi de Tournai, des capteurs sont dirigés vers les lits. C'est là où se passent 60% des chutes. 


Capteurs de détections des chutes installés dans les chambres du service gériatrie de l'hôpital Chwapi de Tournai 

Ces capteurs permettent une surveillance en temps réel sur un écran de contrôle. Pas d'image, mais des couleurs qui virent au rouge en cas de chute, couplées à un système d'alerte.

"En plus de l'appel téléphonique, on a également un appel sonore qui est différent du système d'appel de sonnette du service. Et donc, d'office, il y aura un soignant qui ira voir ce qui se passe dans la chambre", précise Alexandra Sime, infirmière en chef du service gériatrie au Chwapi. D'après l'infirmière, grâce à ce système de détection des chutes, le temps de réaction des soignants est très rapide : "Moins d'1 min 30", ajoute-t-elle. 


Écran de contrôle où la chute est visible en temps réel. En rouge, on arrive à distinguer la silhouette d'une personne. Équipé d'une alarme sonore, le système prévient les soignants qu'il y a eu une chute 

Les chutes, l'une des 3 principales causes de mortalité chez les seniors  

Un temps record. Car en cas de chute, il faut agir vite pour soigner, mais aussi pour éviter le "syndrome de la chute". "C'est-à-dire que le patient va déambuler de façon difficile. Il va avoir peur de bouger, peur de se lever, de marcher. Toutes ces peurs-là vont faire que le patient sera de moins en moins autonome et va régresser", explique Patrick Dewael, responsable du "Comité des chutes" à l'hôpital. 

Le système de détection enregistre même les chutes. Ainsi, les équipes peuvent se refaire le film, analyser et adapter. "On peut faire en sorte que la maison soit moins encombrante pour le patient et éviter la chute. On découvre les causes cardiovasculaires et les causes mécaniques de la chute aussi", précise Mamadou Bengaly Minthe, gériatre au Chwapi de Tournai. 

Appel pourra ainsi être fait auprès d'une ergothérapeute. Les chutes sont l'une des 3 principales causes de mortalité chez les séniors. 


 

Vos commentaires