En ce moment
 
 

Deux boulangeries ferment chaque mois leurs portes en Wallonie: comment l'expliquer?

Deux boulangeries ferment chaque mois leurs portes en Wallonie: comment l'expliquer?

Deux boulangeries ferment chaque mois leurs portes en Wallonie. Selon les chiffres du Service Public fédéral de l’économie, la situation est même encore plus alarmante en Flandre avec 5 fermetures par mois. Et cela fait 10 ans que ça dure.

Comment expliquer que le nombre de boulangeries est en recul constant ?  La concurrence avec les grandes surfaces est rude, mais il y a aussi d'autres explications.

Il devient par exemple de plus en plus difficile pour les artisans de trouver de bons apprentis, prêts à se lever tôt.

"On ne trouve plus de personnes qui veulent travailler la nuit. Tous les jours à 22-23h, on est dans l’atelier pour travailler", explique Benoît, un boulanger interrogé par notre journaliste Gauthier Falque.

Deuxième explication: la concurrence avec les boulangeries industrielles ou de grande surface, même si pour Benoît, cela ne pose pas de problème. "On ne propose pas la même marchandise", souligne-t-il.

Pour d’autres, c’est plus compliqué. Catherine, une jeune boulangère à Mallone, a ainsi adopté d’autres solutions. "Avec les technologies modernes, on arrive à des horaires corrects", confie-t-elle. Ici, les boulangers n’arrivent plus avant 5h du matin. Autre solution : se diversifier avec de la petite restauration. "Les gens vont venir chercher leur sandwich pour le midi et vont peut-être aussi prend leur pain ou une tarte pour le 4h", explique Catherine.

Reste une difficulté: arriver à se lancer car créer une boulangerie coûte cher et les banques ne prêtent plus aussi facilement qu’avant.

Vos commentaires