En ce moment
 
 

Du plomb dans l'eau de votre robinet: quel danger pour la santé?

Récemment, des examens ont été faits dans 3 casernes de la police fédérale à Bruxelles. La teneur en plomb dans l'eau du robinet des ces casernes était 13 fois supérieure aux normes autorisées. Avec quelles répercussions pour la santé ?

Ce n'est pas l'eau qui est en cause, mais plutôt la vétusté des canalisations des habitations. "L'infrastructure de distribution d'eau ne contient plus aucun élément en plomb", indique Benoît Moulin, porte-parole de la Société wallonne des eaux. Mais si votre habitation a été construite avant les années 60, vos canalisations sont probablement en plomb. Dès lors, l’eau de votre robinet peut en contenir.


Depuis fin 2013, la concentration de plomb dans l’eau potable est limitée à 10 microgrammes par litre. Il s’agit d’une norme européenne "extrêmement sévère", estime Benoît Moulin. Au-delà le plomb est-il dangereux pour la santé ? "Si vous calculez les quantités de plomb ingérées par jour. Avec trois, quatre tasses, vous êtes à l’équivalent de ce que vous ingérez quotidiennement via l’alimentation. Donc, on est très largement en dessous des seuils de toxicité", explique Alfred Bernard, professeur de toxicologie à l’université catholique de Louvain.

Certains groupes de la population sont plus vulnérables, ou à risque, comme les bébés ou les femmes enceintes. "Simplement parce que le cerveau est en plein développement. L’enfant, et notamment les bébés, consomment plus d’eau par kilo de poids corporel. En plus vous avez une absorption excellente du plomb chez les jeunes enfants", indique Alfred Bernard.


Petit conseil cependant : le matin, laissez couler l'eau quelques instants avant de l’utiliser pour des besoins alimentaires. "L'eau est un solvant naturel donc elle dissout tout ce avec quoi elle est en contact, donc une eau qui a stagné dans les canalisations d'une maison pendant toute une nuit, si ces canalisations sont en plomb, il y a effectivement des particules de plomb qui se sont dissoutes dans l'eau", explique Benoît Moulin.

Vos commentaires