En ce moment
 
 

Electrocuté dans son bain en rechargeant son portable, Hugo, 14 ans, avait perdu la vie: son père se bat pour que ces drames n'arrivent plus

Une adolescente de 15 ans est morte électrocutée la semaine passée en France. Alors qu'elle prenait son bain, son téléphone portable, qui était en charge, est tombé dans l'eau. Cette situation s'est déjà produite plusieurs fois en France mais également chez nous. C'est ce qui est arrivé à Hugo, 14 ans, décédé en 2018. Aujourd'hui, son papa décide d'alerter les jeunes sur la question.

Un soir de mars 2018, Hugo prévient ses parents et monte dans sa chambre pour faire ses devoirs. "On ignorait qu'il allait prendre son bain. Il a été prendre son bain avec son GSM qui était presque à plat donc il l'a mis à recharger. Il était en attente de messages de ses amis. D'une manière ou d'une autre, le GSM a dû glisser et tomber dans la baignoire, en étant relié au réseau électrique", nous confie Pascal. Avant d'ajouter: "On a évidemment tout tenté. Sur place, il y avait des personnes sur place qui disposaient d'un brevet de secourisme qui ont tout fait. Les secours sont ensuite arrivés pour prendre le relais. on a tout essayé mais malheureusement, ce genre de drame va très vite".

Un appareil branché dans une salle de bain, source de danger

Depuis ce jour, Pascal et sa famille ont décidé que le drame survenu serve d'exemple malheureux et permette d'en éviter d'autres. Jamais avant les faits, il n'aurait pensé que le risque d'un accident domestique ait été aussi réel. "Il y a toujours un danger et donc il vaut mieux répéter sans cesse ce message aux enfants: un appareil électrique branché dans une salle de bain, c'est une source de danger", avertit Pascal. 

A Marseille, une adolescente de 15 ans a perdu la vie il y a quelques jours dans les mêmes circonstances qu'Hugo. Des cas similaires ont été signalés l'an dernier. Ces accidents ou es imprudences peuvent ébranler des familles entières. "Ça réveille les douleurs, ça réveille les souvenirs. Et on se dit qu'il faut sans doute parler et répéter encore pour qu'il n'y en ait plus de plus", nous confie le père d'Hugo. 

Aujourd'hui encore, Pascal et ses proches poursuivent un long chemin, celui du deuil à réaliser. Avec la certitude de ne jamais oublier.

Vos commentaires