En ce moment
 

2 ans après les attentats de Bruxelles, des victimes se sentent abandonnées: "Je dois encore me plaindre et me battre pour avoir un coussin !"

Noyées dans la paperasse administrative, des victimes expliquent se sentir démunies.

Ce vendredi soir, à 19h45, RTL donnera la parole aux victimes des attentats de Bruxelles. Près de deux ans après, certaines estiment ne pas avoir été suffisamment aidées et soutenues par l'Etat et les assurances. Elles déplorent aujourd'hui un manque d'accompagnement et des démarches administratives qui n'en finissent pas.

C'est le cas d'Abdallah. Depuis les attentats, l'homme se retrouve en fauteuil roulant. Alors que ce dernier lui a été remboursé, il apprend que son coussin ne peut être pris en charge. C'est un combat de plus à mener.


"Ça me prend énormément d'énergie"

"Je dois encore me plaindre et me battre pour avoir un coussin ! Mais je n'ai pas demandé un coussin pour faire le beau, ni pour mettre sur mon divan", s'insurge-t-il. Malgré le soutien de son assistant social, Abdallah est submergé par l'émotion. 

"Ça me prend énormément d'énergie. A tel point que je vais laisser ma femme s'occuper des papiers. Sinon je vais devenir fou, je ne ferai plus rien et j'attendrai que mon heure vienne", s'exclame-t-il. 

L'émission spéciale "Les oubliés du 22 mars" est à suivre ce vendredi soir à partir de 19h45 sur RTL TVI. 

Vos commentaires