En ce moment
 

En Belgique, on compte 55 accidents de travail par jour dans le secteur de la construction: comment les éviter?

Chaque année, en Belgique, 170.000 personnes sont victimes d'un accident de travail. C’est dans le secteur de la construction que les accidents sont les plus courants. La Belgique est un mauvais élève européen en la matière. La Confédération de la Construction prend les choses en main et lance un "plan d’action" sur 2 ans.


La Belgique, mauvais élève européen

Sur un chantier, chaque geste doit être précis. Un accident est toujours possible et chaque homme a une histoire à raconter. "J'ai déjà eu plusieurs accidents légers sur certains de mes chantiers. Des chutes de hauteur, des gens qui tombent ou des objets, ça peut arriver", affirme Régis Dumont, conducteur, au micro de Nicolas Lowyck et de Pascal Noriega.

Chaque jour, en Belgique, dans le secteur de la construction, on compte 55 accidents, dont 8 entraînent une invalidité de travail. La Belgique est mauvais élève européen, alors, la Confédération du secteur lance un plan d’action. Le but: remonter dans le top 5 européen d’ici 2020 en sensibilisant les entrepreneurs et en formant les donneurs d’ordre.


Le premier ordre du jour: la sécurité

"Que la sécurité fasse toujours partie de l'ordre du jour. Dans chaque conseil d'administration, réunion ou comité directeur, on commence avec le premier ordre du jour: la sécurité", explique Paul Depreter, président de la Confédération construction.

Un plan de sensibilisation auquel les grands noms du secteur adhèrent. "C'est fondamental pour la rentabilité d'une entreprise. La sécurité rime avec la qualité", indique Damien Magérat, administrateur délégué de la société Jacques Delens.


Deux accidents mortels survenus en avril

"C'est la sécurité d'abord. Les hommes arrivent sur le chantier et doivent ressortir en un seul morceau", ajoute Nicolas Sterckx, conducteur adjoint. 

Ce mois-ci, le 3 avril, deux accidents mortels ont eu lieu presque en même temps. A Tournai, un ouvrier a été heurté par une grue sur les quais tandis qu'à Marchienne-au-Pont, une plaque de métal tombait sur deux ouvriers, tuant l'un d'eux sur le coup.

Vos commentaires